•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour un Québec plus riche, plus juste, plus efficace… et indépendant : la réussite, selon PKP

Pierre Karl Péladeau dévoile son programme économique

Pierre Karl Péladeau dévoile son programme économique

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le député de Saint-Jérôme Pierre Karl Péladeau a dévoilé mardi le programme économique qu'il compte défendre s'il devient chef du Parti québécois en mai prochain. Il vise à rendre le Québec plus riche et plus prospère, de manière à préparer la voie vers l'indépendance. 

« Vous connaissez mon engagement en politique : il a été clair et précis et sans ambiguïtés. C'est de faire du Québec un pays », a déclaré M. Péladeau d'entrée de jeu, lors d'une conférence de presse au cours de laquelle il était accompagné du député de Rousseau et ex-ministre des Finances, Nicolas Marceau.

« Mais c'est surtout de faire du Québec un pays plus riche, parce qu'actuellement, dans le cadre du régime fédéral, il est limité en sa capacité de pouvoir créer de la richesse, une richesse collective ».

La plateforme économique de M. Péladeau, baptisée Propulser notre économie pour réussir, s'articule autour de sept grands axes, soit :

  1. Élaborer des mesures pour réaliser la souveraineté du Québec en assurant le développement et la protection de nos sièges sociaux et en mettant en oeuvre le concept de préférence québécoise;
  2. Définir les pouvoirs d'intervention économique des régions dans un Québec indépendant et les compétences d'un nouvel instrument majeur de soutien aux acteurs économiques : Développement Québec;
  3. Travailler sur les mesures visant à accélérer la lutte contre l'évasion fiscale et les paradis fiscaux, l'assainissement des finances publiques et la livraison des services publics pour doter le Québec d'un État juste et efficace;
  4. Proposer une application concrète du concept d'économie verte et durable par l'électrification des transports;
  5. Définir les bases d'une grande économie de partenaires et déterminer les mesures de concertation et d'intéressement à mettre en place au Québec;
  6. Élaborer une politique manufacturière mise en oeuvre par le gouvernement et Développement Québec;
  7. Définir les contours d'un Grand sommet numérique afin de définir une stratégie numérique et ouvrir la voie à la création d'un Conseil national du numérique et d'un ministère de l'Économie numérique.

M. Péladeau précise dans son plan qu'il s'est fixé l'« objectif ambitieux » de faire en sorte que l'économie du Québec fasse mieux que l'économie canadienne.

« Avec de meilleurs emplois, un effort soutenu pour la création de nouvelles PME - notamment en régions - et de plus grandes entreprises, le Québec deviendra plus fort », écrit, dans son document, le magnat de la presse devenu politicien.

« C'est cette force qui contribuera à briser les campagnes de peur encore récemment entretenues par les tenants du régime fédéraliste. Face à une économie québécoise plus vigoureuse que l'économie canadienne, les arguments trop simplistes des fédéralistes ne tiendront plus. »

« J'ai l'intention de promouvoir un Québec plus riche et dont l'État aura les moyens d'assurer l'égalité des chances. Et je tiens à convaincre que l'État du Québec sera plus juste et efficace avec les nouveaux moyens qu'offrira l'indépendance nationale. »

— Une citation de  Extrait du plan économique de Pierre Karl Péladeau

Détaillant son concept de « préférence québécoise », M. Péladeau explique dans son document que le Québec peut « appuyer les entreprises d'ici pour les marchés publics qu'il contrôle », et ce, tout en respectant l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Il prône notamment le développement d'instruments s'inspirant de la loi Buy American adoptée par le Congrès américain.

Pierre Karl Péladeau indique en outre que le nouvel organisme Développement Québec qu'il mettrait sur pied, advenant qu'il dirige le Québec, hériterait des programmes actuellement placés sous la responsabilité du ministère de l'Économie, d'Export Québec et d'Investissement Québec.

Développement Québec, dit-il, viendrait soutenir les centres locaux de développement, qu'il entend remettre sur pied « en les finançant selon leur rendement respectif ».

L'indépendance pour lutter contre l'évasion fiscale

L'aspirant chef péquiste affirme aussi qu'il faut « envisager » de mettre en oeuvre les recommandations formulées par le Réseau pour la justice fiscale du Québec dans son rapport de 2014 sur les paradis fiscaux.

Il prévient cependant que le Québec ne pourra pas être à l'avant-garde de la lutte pour faire échec à ces paradis fiscaux tant qu'il n'aura pas réalisé son indépendance. « Il est actuellement à la remorque du régime fédéral canadien qui n'entend pas lutter contre ce fléau », souligne-t-il.

M. Péladeau entend également « assujettir les sites de commerce électronique établis dans d'autres juridictions à la taxe de vente du Québec » et adopter des « mesures incitatives » pour permettre aux détaillants québécois de combler leur retard en la matière.

Une économie verte et durable

Le prétendant à la direction du PQ s'engage à « mandater conjointement Hydro-Québec, Développement Québec et le ministère des Transports du Québec pour qu'ils développent » l'industrie de l'électrification des transports . Il se donne 10 ans pour que le Québec devienne « le leader mondial en la matière ».

M. Péladeau dit également vouloir « démontrer comment la récupération des compétences en matière de transport ferroviaire et maritime pourra faciliter la transition du pétrole vers l'énergie verte et accélérer le développement économique du Québec ».

Partenariat et concertation

« Un Québec indépendant, souligne M. Péladeau, récupérera les pouvoirs exercés actuellement par le Canada en matière de création d'emplois, d'amélioration de la formation professionnelle, de prévention des exodes régionaux, de revitalisation du tissu urbain et de partage des bénéfices ».

Et sans évoquer explicitement les relations de travail, M. Péladeau ajoute qu’il est temps de « nous intéresser à l'évolution des modèles de concertation dans les pays scandinaves, l'Allemagne et le Japon ».

Il estime que la concertation qu'il prône « peut aussi prendre la forme d'incitatifs visant à augmenter la participation des employés dans la capitalisation de l'entreprise pour laquelle ils travaillent ».

« Les objectifs patronaux et syndicaux, de même que ceux de l’État du Québec, ont souvent convergé. Ils peuvent le faire à nouveau et je m’engage à y travailler. »

— Une citation de  Extrait du plan économique de Pierre Karl Péladeau

Une nouvelle politique manufacturière

Le candidat Péladeau propose de remettre le secteur manufacturier sur la voie de la croissance. Cela passe par « la recherche appliquée, l’innovation, la commercialisation et la conquête des marchés étrangers ».

Cette nouvelle politique, qui sera pilotée par le gouvernement et Développement Québec, devra être « au service des entrepreneurs, en considérant et en privilégiant l’accompagnement en capital de nos entreprises, et non pas en concurrençant les banques dans le financement traditionnel ». 

Il s’agit de calculer le rendement des interventions du gouvernement « selon des indicateurs économiques de création de richesse et d’emplois, non pas uniquement, comme le font les banquiers du gouvernement libéral de M. Philippe Couillard, en se basant uniquement sur le rendement financier ».

Un sommet numérique

Le député de Saint-Jérôme veut enfin la création d’un Conseil national du numérique et un ministère de l'Économie numérique. Il est question, entre autres, de « prioriser les secteurs les plus porteurs, tels que le jeu vidéo, les effets spéciaux ou encore le stockage en ligne ». Cela pourrait aussi passer par l’intensification de l’offre de services gouvernementaux en ligne ou de projets pilotes de ville intelligente.

Vifs échanges entre PKP et les journalistes

Lorsque le journaliste de La Presse Canadienne, Pierre Saint-Arnaud a tenté de lui poser une deuxième question, son attaché Marc-André de Blois est rapidement intervenu : une seule question par journaliste, a-t-il martelé, rappelant qu'il l'avait annoncé au début de la conférence de presse.

« C'est quoi ce règlement-là, c'est vous qui venez de l'établir? » a rétorqué Pierre Saint-Arnaud. Mais en vain, car lorsqu'il a reposé sa question, Pierre Karl Péladeau a fait la sourde oreille. C'est donc le journaliste de La Presse qu'il la lui a posée, et cette fois, il a répondu. Mais lorsqu'il a tenté de poser sa propre question, le magnat des médias, visiblement irrité, lui a lancé : « nous avons dit une question par journaliste s'il vous plaît ».

Généralement, lors de conférences de presse, les journalistes posent une première question et, au minimum, une sous-question aux intervenants présents. Il n'est pas rare que les intervenants répondent à toutes les questions des journalistes.

Tension entre Pierre Karl Péladeau et des journalistes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !