•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas suffisamment de gicleurs en raison de la présence d'amiante

L'édifice de l'Agence du revenu du Canada situé au 875 chemin Héron à Ottawa.

Photo : Julie Ireton/CBC

Radio-Canada

La sécurité de l'édifice de l'Agence du revenu du Canada, qui est située au 875 du chemin Heron à Ottawa, est à nouveau remise en question.

Une enquête sur la présence d'amiante à l'intérieur du bâtiment a été lancée à la suite de plaintes déposées auprès de la Commission des relations de travail dans la fonction publique, dont une par un électricien.

Des documents obtenus par CBC révèlent maintenant que le même édifice ne remplit pas les normes actuelles en matière de prévention des incendies.

Il se trouve que des gicleurs n'ont pas pu être installés partout, en raison de la présence d'amiante.

Plusieurs fois par année, des membres l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) se plaignent à leur syndicat concernant une possible exposition l'amiante.

« À tous les mois ou aux deux mois, on a un cas où une personne pense avoir été exposée à des fibres d'amiante en milieu de travail », explique Denis St-Jean, de l'AFPC.

Travaux publics Canada, propriétaire de l'édifice, affirme qu'il est commun de trouver de l'amiante dans les édifices plus anciens.

Un porte-parole du ministère ajoute que l'édifice occupé par l'Agence du revenu respectait le Code du bâtiment en vigueur au moment de sa construction et qu'il est sécuritaire.

Travaux publics planifie néanmoins d'importante rénovations du bâtiment, afin de le mettre aux normes d'aujourd'hui.

Par ailleurs, le Nouveau Parti démocratique (NPD) réclame un guichet unique de renseignements, un registre national des édifices qui contiennent de l'amiante.

« Si on avait un registre comme tel, on pourrait demander à avoir une cédule des corrections à faire et prioriser les édifices qui ont de l'amiante », explique la Whip en chef de l'opposition officielle, Nycole Turmel.

Ainsi, cette dernière croit qu'il serait possible d'éviter que les travailleurs soient affectés par des traces d'amiante.

Ottawa-Gatineau

Société