•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mars, la planète qui a perdu son eau

Vue d'artiste de la planète Mars telle qu'elle était il y a quatre milliards d'années

Vue d'artiste de la planète Mars telle qu'elle était il y a quatre milliards d'années

Photo : ESO/M. Kornmesser/N. Risinger

Radio-Canada

Mars était dotée d'un océan d'un volume supérieur à celui de l'océan Arctique, montre une étude réalisée par une équipe internationale de scientifiques.

Cette étendue d'eau recouvrait, proportionnellement, une surface bien plus vaste que celle de l'océan Atlantique sur Terre.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont surveillé pendant six années l'atmosphère de la planète voisine de la Terre, et cartographié les propriétés de la molécule d'eau en différentes zones de son atmosphère.

Ces nouvelles cartes sont les toutes premières de leur genre. Elles figurent dans un article paru dans l'édition en ligne de la revue Science.

Histoire d'eau

Il y a quelque 4 milliards d'années, la toute jeune planète aurait renfermé suffisamment d'eau liquide pour que l'intégralité de sa surface en soit couverte, sur une hauteur d'environ 140 mètres.

Cependant, il semble plus probable que l'eau liquide se soit constituée en un océan couvrant près de la moitié de l'hémisphère nord de la planète. En certaines régions, la profondeur de cet océan pouvait dépasser 1,6 kilomètre.

Au vu de l'actuelle surface de Mars, il est probable que cette eau ait recouvert les Plaines du Nord, caractérisées par une faible élévation. L'océan primitif aurait ainsi recouvert 19 % de la surface totale de la planète, ce qui est supérieur aux 17 % de la surface terrestre qu'occupe actuellement l'océan Atlantique.

Si la planète Mars a effectivement perdu cette quantité d'eau, il est fort probable qu'elle soit demeurée humide, et donc habitable, durant une période plus longue qu'estimé auparavant.

Michael Mumma, NASA

Il est possible que Mars ait renfermé une quantité d'eau bien plus importante encore, dont une partie subsisterait sous la surface.

Science