•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déraillement à Gogama : craintes au sujet de la contamination de l'eau

Indigenous First Nation communities, Ontario provincial politicians concerned by latest trail derailment involving Canadian National rail cars carrying crude oil which derailed near the community of Gogama in northern Ontario on Saturday, March 7, 2015.

Photo : Glenn Thibeault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des Autochtones et des environnementalistes craignent une possible contamination des cours d'eau de la région de Gogama, dans le nord de l'Ontario, à la suite du déraillement, samedi, d'un train transportant du pétrole.

Une partie de la cargaison s'est déversée dans les eaux de la rivière Makami.

Pour sa part, le Canadien National (CN) indique que ses tests de l'eau et de l'air n'ont révélé aucune contamination. L'incendie qui ravageait plusieurs wagons depuis le déraillement a été complètement maîtrisé hier soir, selon le CN, et les deux wagons qui étaient tombés dans l'eau ont été remorqués.

Le CN s'affaire à construire une voie de contournement temporaire et espère que le transport ferroviaire reprendra dans le secteur dès cet après-midi.

Quatre déraillements en deux mois

Il s'agit du quatrième déraillement à survenir dans le nord de l'Ontario depuis le début de l'année.

Selon des documents publics analysés par Radio-Canada, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a rapporté deux fois plus de déraillements impliquant des marchandises dangereuses au pays en 2014 que l'année précédente.

L'année dernière, 102 trains ont déraillé sur une voie principale. Vingt-cinq de ces convois transportaient des matières considérées comme dangereuses par le BST, notamment des explosifs, des gaz, des éléments radioactifs et du pétrole brut.

Cliquez ici pour voir notre graphique (Nouvelle fenêtre)

En Ontario, le nombre de déraillements avec des marchandises dangereuses a aussi doublé, passant de 3 à 6 entre 2013 et 2014.

La moitié des 21 déraillements rapportés en Ontario en 2014 ont eu lieu dans le nord de la province.

Cliquez ici pour voir notre graphique (Nouvelle fenêtre)

« Nouvelles normes insuffisantes »

On ne sait pas quelle proportion des wagons qui ont déraillé en 2014 respectait les nouvelles normes de résistance aux chocs mises en place par Ottawa après la tragédie de Lac-Mégantic. 

L'enquêteuse principale ferroviaire au BST, Nathalie Lepage, affirme toutefois que ces changements ne sont pas suffisants.

Nous avons déjà averti Transport Canada que les nouvelles normes ne suffisaient pas, il fallait plus de protection. Nous voulons des boucliers protecteurs complets, un amélioration des raccords et de l'acier des wagons encore plus épais.

Une citation de :L'enquêteuse principale ferroviaire au BST, Nathalie Lepage

Selon elle, ces mesures auraient pu mieux protéger les wagons et peut-être éviter le déversement et l'incendie qui sont les conséquences du déraillement de Gogama.

Plus de transport, plus de risques?

L'enquêteuse Nathalie Lepage précise que le transport de pétrole brut par rail figure sur la liste de surveillance du BST depuis plusieurs années en raison de l'augmentation du transport et de la vulnérabilité des wagons de transport.

Selon un rapport présenté au BST en janvier 2014, certains pétroles peuvent présenter des taux de vaporisation plus élevés à température et pression ambiantes qui « peuvent mener à une élévation plus importante que prévu de la pression des gaz dans les wagons-citernes et augmenter le risque en cas d'accident. »

Entre 2010 et 2014, l'exportation totale de pétrole brut du Canada vers les États-Unis est passée de 110 à 165 millions de mètres cubes, selon Statistique Canada.

Transports Canada rassurant

Par courriel, Transports Canada dit « prendre au sérieux tous les incidents impliquant des matières dangereuses. »

L'organisme rappelle qu'il continue à embaucher des inspecteurs et que des consultations sont en cours pour remplacer les wagons par des modèles plus résistants, protégés par de l'acier plus épais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario