•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau invite les Canadiens à se libérer de la peur

Chargement de l’image

Justin Trudeau, chef du PLC

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef libéral, Justin Trudeau, a exposé lundi soir à Toronto sa vision de la liberté en se servant d'événements récents pour illustrer ce qu'il voit comme des braises attisées par le premier ministre, Stephen Harper.

Un texte de Denis FerlandTwitterCourriel

C'est donc en réponse à M. Harper que le chef libéral a expliqué, devant un auditoire universitaire, comment il voit les enjeux de diversité, de liberté, d'inclusion et de multiculturalisme, entre autres.

« Leur approche de la politique pourrait fonctionner à court terme, mais elle se révélera corrosive au fil du temps, surtout dans un pays aussi diversifié que le Canada. Elle attise l'anxiété et fomente la peur » a avancé le chef libéral. « Au lieu d'encourager les Canadiens à se battre pour la liberté de tous, elle nous dit de se méfier des choix des autres ».

« La peur est une chose dangereuse. Une fois qu'elle est sanctionnée par l'État, il est impossible de dire où elle pourrait conduire. »

— Une citation de  Justin Trudeau

Le message est assez direct et clair, comme l'indique bien le titre de son discours, prononcé à l'occasion du 20e anniversaire de l'Institut d'études canadiennes de McGill : La liberté au Canada et la politique de la peur.

M. Trudeau convient qu'en pleine année électorale, il n'est pas nécessairement payant à court terme de parler de telles notions, d'élever le débat au-dessus des promesses visant telle ou telle autre clientèle et de décoller du plancher des vaches politique.

Un peu une justification, aussi, de ce que beaucoup voient comme un retard à présenter des engagements aussi concrets que ceux de ses deux adversaires. Le leader néo-démocrate, Thomas Mulcair, promet en effet beaucoup, et Stephen Harper décide beaucoup.

Si le Canada et sa Charte des droits et libertés font l'envie de plusieurs pays, et en inspirent certains pour la rédaction de leurs textes législatifs, notre histoire est quand même parsemée d'accrocs à ces idéaux, admet-il.

L'histoire pour apprendre de nos erreurs

Et M. Trudeau de rappeler l'internement des Italiens et des Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, le rejet de l'immigration juive pendant les années 1930, le « Speak White » lancé aux francophones et la taxe d'entrée imposée aux immigrants chinois.

Rien sur l'imposition de la Loi des mesures de guerre, cependant, sous le gouvernement de son père, Pierre-Elliot Trudeau, mais bon...

Pourquoi interner Italiens et Japonais, installés ici depuis des décennies dans bien des cas, même si les autorités ne voyaient aucune menace? Parce que c'était populaire et que les gens avaient peur, dit-il. Rapprochement évident ici, et M. Trudeau d'enchaîner avec l'actualité : l'appel annoncé par M. Harper du jugement sur le niqab et le refus d'une juge montréalaise d'entendre la cause d'une femme portant le hijab.

Rappelez-vous son temps de réaction record quand ont eu lieu, à l'été 2013, les premières fuites sur la charte des valeurs ou de la laïcité : c'est pas mal le même Justin Trudeau qui se retrouve comme un poisson dans l'eau à jouer avec la Charte des droits et libertés mise en place par son père.

« Ceux qui voudraient utiliser le pouvoir de l'État pour restreindre la liberté et la liberté d'expression religieuse des femmes se livrent à la même impulsion répressive qu'ils disent condamner », a affirmé le chef libéral.

« C’est une plaisanterie cruelle que de dire que vous libérez le peuple de l'oppression en dictant en droit ce qu'ils peuvent et ne peuvent pas porter. »

— Une citation de  Justin Trudeau

Et bien avant cette Charte, il y a eu les nombreux combats des femmes, qui ne sont d'ailleurs pas finis. Justin Trudeau en a profité pour expliquer plus clairement la ligne de conduite imposée à son caucus en matière d'avortement. Il en défend la cohérence avec sa défense des libertés individuelles, là aussi au nom de la Charte canadienne.

« Soyons clairs à ce sujet. Pour les libéraux, le droit d'une femme de contrôler son corps est plus important que le droit d'un législateur de restreindre sa liberté de leur vote » a martelé le chef libéral. « Les députés qui sont en désaccord avec cela ont d'autres choix : ils peuvent siéger comme indépendants, ou comme conservateurs ».

Les valeurs libérales contre la peur et le populisme

En élevant au niveau de notions comme la liberté ou la diversité le débat quasi quotidien ces temps-ci sur la sécurité, le terrorisme ou la radicalisation, M. Trudeau fait, semble-t-il, le pari qu'un nombre croissant de Canadiens prêtent l'oreille à ce genre d'arguments maintenant que la poussière retombe un peu sur les attentats des derniers mois.

En attendant de pouvoir le vérifier, le chef libéral ne prend aucun risque. Il a en quelque sorte « immunisé » son parti face aux contre-attaques de Stephen Harper sur le projet de loi antiterroriste C-51 en disant qu'il va voter pour, même sans les amendements qu'il propose, et les libéraux sont restés prudents sur la mission en Irak, ne posant même pas une seule question aujourd'hui, après la mort du sergent Andrew Doiron.

Et, contrairement à ce qu'il dit, il n'oublie pas totalement qu'une élection pointe à l'horizon. En bon chef libéral, il ne résiste pas à une tentation bien typique.

Quoi de plus libéral avec un grand L que d'agrandir la tente autour du centre de l'échiquier politique! Le ton général du discours ne donnera pas d'allergie aux gens à gauche du centre et il lance deux appels bien sentis à droite.

En fait, tout d'abord aux conservateurs, qui ne se reconnaîtraient pas dans « ce qui n'est plus mes amis, le Parti conservateur de vos parents ». Même procédé quand il associe Brian Mulroney à la démarche de son père puisqu'il a rendu la Loi sur les langues officielles « encore plus mordante ».

Et, comme c'est souvent le cas vous diront les détracteurs de Justin Trudeau, vous aurez droit à ses propositions sur l'équilibre entre la sécurité et le respect des libertés dans une plate-forme près de chez vous lors des élections fédérales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !