•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pétition pour l'accès à des sages-femmes en Abitibi-Témiscamingue

Une sage-femme

Photo : ICI Radio-Canada/Marie-France Bélanger

Radio-Canada

Un comité de citoyens de Val-d'Or entreprend des démarches pour obtenir les services de sages-femmes en Abitibi-Témiscamingue. Il sollicite l'appui de la population dans ses démarches auprès de l'Agence de la santé et des services sociaux. L'Abitibi-Témiscamingue est l'une de 5 régions sur 17 qui n'a pas accès aux services de sages-femmes.

Avec les informations de Sandra AtamanTwitterCourriel

Kim St-Jean-Sauriol vient d'accoucher de son troisième enfant. La Valdorienne s'est déplacée à Sherbrooke pour accoucher dans une maison de naissance. « Ce n'est pas toutes les femmes de l'Abitibi qui peuvent se permettre de faire ce que j'ai fait. Je me compte chanceuse. Et ce n'est pas toutes les femmes n'ont plus qui ont les moyens de se déplacer en dehors de la région », souligne-t-elle.

Selon la Politique québécoise de périnatalité, la région aurait droit à l'équivalent de 4,3 sages-femmes, mais pas d'une maison de naissance.

« Pour l'instant, la demande qu'on fait à l'agence n'est pas pour une maison de naissance. C'est vraiment pour des services sages-femmes en milieu hospitaliers et peut-être à domicile. Pour ce qui est de la maison de naissance c'est sûr que ça fait partie de nos rêves », indique Frédérique Cornelier, membre du comité Objectif Sages-Femmes Abitibi-Témiscamingue.

Dr. Catherine Charbonneau-PerryAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dr. Catherine Charbonneau-Perry

Dr. Catherine Charbonneau-Perry, médecin de famille à Senneterre, fait aussi partie du comité. Elle croit que ce service serait un avantage pour les femmes de la région. « On a les mêmes préoccupations. Le milieu hospitalier, on veut la qualité des soins, on veut des naissances humaines, on veut des naissances en sécurité. Les sages-femmes, de nos jours, elles sont toutes formées dans la même optique. Il y a clairement une collaboration à faire là », croit-elle.

Le comité déposera une demande officielle à l'Agence de la de la santé et des services sociaux à la fin du mois de mars. Il lance aussi une pétition, qu'il souhaite joindre à sa demande. L'objectif est d'atteindre plus de mille 600 signatures.

Entrevue complète avec les deux membres du comité à l'émission Le radio magazine :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique