•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal crée un centre contre la radicalisation

Denis Coderre

Radio-Canada

Le maire de Montréal a annoncé aujourd’hui la création d’un centre de « prévention à la radicalisation menant à la violence » en compagnie de représentants du réseau de l'éducation, des groupes communautaires et du Centre jeunesse de Montréal.

« On se donne une capacité en termes de prévention, on envoie un message soit à des parents, soit à l’entourage, à des gens qui vivent dans certains milieux, qui voient certains phénomènes, et qui ont besoin, justement, de ce point de chute », a déclaré Denis Coderre.

Quand il y a des gens qui se cherchent et puis qu'on les récupère à mauvais escient, c'est là qu'il est important d'avoir cette prévention-là.

Denis Coderre

La Ville a mobilisé des ressources, a indiqué le maire, pour prévenir, détecter, et éviter « que des citoyens montréalais ne passent à l'acte ». Le coût de ses ressources n'a toutefois pas été précisé pour l'instant. Un comité a été mis sur pied pour déterminer comment le centre fonctionnera concrètement.

Dans les prochaines semaines, donc, une structure permanente sera mise sur pied et réunira des partenaires de divers milieux : du secteur de la santé et des services sociaux, de la sécurité publique, des milieux communautaire, scolaire ou institutionnel, du secteur de l'emploi ou de la recherche.

Une ligne téléphonique a également été ouverte, au numéro 514-280-2002, pour les personnes qui auraient déjà des informations ou des questions à poser, a ajouté M. Coderre. Pour l'instant, cependant, la ligne mène au Service de police de la Ville de Montréal.

Ce n’est pas une réaction face à une recrudescence énorme. C’est vraiment un travail qui se fait pour empêcher cette recrudescence.

Denis Coderre

La radicalisation est une question qui touche tous les citoyens, a poursuivi le chef de police, Marc Parent. « Pourquoi? Parce que ça affecte le sentiment de sécurité des Montréalais ».

« La première ambition est de vraiment travailler en amont du phénomène, de soutenir les familles, les proches, et les différents intervenants - qu’ils soient dans les écoles ou dans le milieu communautaire - de déconstruire aussi parfois ces idéologies violentes par des contre discours », a précisé le chef de police.

Le centre offrira un soutien psychologique et des interventions psychosociales permettant de rediriger de potentiels individus radicalisés vers une réinsertion sociale complète.

Il ne ciblera aucune idéologie violente en particulier. Denis Coderre assure que la communauté musulmane n'est pas ciblée. Les individus radicalisés peuvent être « des loups solitaires » ou des personnes « qui embarquent dans des gangs de rue », dit le maire, qui cite aussi en exemple la tuerie au Collège Dawson en 2006 et celle de l'École polytechnique en 1989. 

La ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil, qui a participé à la conférence de presse de la Ville, a précisé que le plan d'action de Québec contre l'extrémisme religieux devrait bientôt voir le jour et qu'il serait indépendant de l'approche présentée aujourd'hui par Montréal. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Société