•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Femmes plus touchées par l'austérité : même la ministre n'y croit pas

La ministre de la Justice du Québec, Stéphanie Vallée, assure qu'elle est en mode écoute.

La ministre de la Justice du Québec, Stéphanie Vallée, assure qu'elle est en mode écoute.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Même la ministre de la Condition féminine Stéphanie Vallée ne croit pas que les mesures d'austérité touchent davantage les femmes, selon la Table de concertation des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent.

La directrice générale Brigitte Michaud révèle que, dès le mois de septembre, « alors qu'il y avait beaucoup moins d'annonces de faites au niveau des coupes gouvernementales », une rencontre avec la ministre Vallée avait permis de constater qu'elle ne voyait pas de problèmes.

« On lui a demandé pourquoi il (le gouvernement) n'a pas utilisé l'analyse différenciée et on nous a répondu tout simplement que non, non , non, les femmes n'étaient pas plus touchées que les hommes », se souvient la directrice générale. « Pourtant,c'est bien le cas », continue d'affirmer Brigitte Michaud.

Une récente étude de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (l'IRIS) conclut pour sa part que les femmes sont davantage touchées par les mesures d'austérité du gouvernement Couillard et beaucoup moins avantagées que les hommes par les mesures de stimulation de l'économie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec