•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déraillement près de Gogama : l'ampleur des dégâts

Radio-Canada

Les opérations pour éteindre le feu et nettoyer le site ont commencé dimanche après le déraillement d'un train du Canadien National survenu dans la nuit de vendredi à samedi près de Gogama, dans le nord de l'Ontario.

Les opérations pour éteindre le feu et nettoyer le site ont commencé dimanche après le déraillement d'un train du Canadien National survenu dans la nuit de vendredi à samedi près de Gogama, dans le nord de l'Ontario.

De 30 à 35 wagons d'un train qui en comptait 94 et qui transportait du pétrole ont déraillé à quelques kilomètres seulement de la municipalité. Des wagons ont pris feu et cinq sont tombés dans l'eau du système de la rivière Mattagami.

Le CN a toutefois dit que rien n'indique que la source d'eau potable des résidents de Gogama et de la Première Nation Mattagami soit polluée.

La compagnie ferroviaire a ajouté que les analyses de la qualité de l'air n'ont pas non plus permis de détecter le moindre problème pour l'instant.

« Les résidents vont probablement voir des nuages de fumée [...] ; c'est normal et ça ne pose pas de risque pour le public ou l'environnement », a affirmé le CN sur Twitter dimanche matin en ajoutant continuer de vérifier la qualité de l'air sur le site et autour également.

Le reportage de Naël Shiab

Selon le député provincial de Sudbury et adjoint parlementaire du ministre de l'Environnement, Glenn Thibeault, des mesures ont été prises pour contenir toute fuite de pétrole dans la rivière Minakawa.

Le centre d'urgence de Gogama avise que l'eau demeure potable. La santé publique de Sudbury et du district a émis un avis préventif uniquement pour les résidents qui puisent leur eau directement du lac Minisinakwa ou de puits alimentés par la rivière. Il leur est recommandé de ne pas consommer l'eau jusqu'à nouvel ordre.

Voie de contournement

La circulation ferroviaire devrait reprendre sur une voie de contournement dès que le feu aura été éteint, selon le CN qui installe une voie ferrée de contournement de 500 m pour aussi faciliter les opérations de nettoyage à long terme.

Le directeur de l'exploitation du CN, Jim Vena, a présenté des excuses aux résidents pour les perturbations causées par le déraillement et doit se rendre sur place.

Ottawa doit en faire plus 

Glenn Thibeault presse le gouvernement fédéral d'en faire plus pour améliorer la sécurité ferroviaire.

Dans un communiqué, il a affirmé s'être rendu sur place dimanche et a dit que « le transport de matières dangereuses, y compris le pétrole est de la responsabilité du gouvernement fédéral. Après avoir vu moi-même l'horreur du site du déraillement, il est clair que le gouvernement Harper doit en faire plus pour améliorer la sécurité ferroviaire pour mieux protéger nos communautés et l'environnement ». Glenn Thibeault a aussi dit que les wagons impliqués dans le déraillement sont pourtant des modèles récents, qui respectent les dernières normes fédérales.

Le ministre provincial des Transports, Steven Del Duca a affirmé dans un communiqué qu'il contactera son homologue fédérale, Lisa Raitt, ainsi que le Canadien National et le Canadien Pacifique pour « réitérer les sérieuses inquiétudes de notre gouvernement en ce qui a trait à la sécurité ferroviaire ».

Le gouvernement fédéral dit agir

Dans une declaration écrite, Lisa Raitt, s'est dite inquiète du nombre d'incidents qui ont eu lieu dans la région. « Nous ne savons pas encore ce qui a causé le déraillement mais on s'attend à ce que la compagnie collabore à l'enquête du Bureau de la sécurité des transports », a-t-elle écrit.

Elle a ajouté que des mesures ont été prises par Ottawa pour la sécurité ferroviaire. « Nous avons présenté une législation qui donnera encore plus de pouvoir aux inspecteurs de Transport Canada pour vérifier les chemins de fer et faire en sorte qu'il fonctionnent en toute sécurité », a rappelé Lisa Raitt.

Quatre déraillements en deux mois dans le nord de l'Ontario

Il s'agit du troisième déraillement d'un train du CN, en moins d'un mois dans le nord de l'Ontario et du quatrième accident ferroviaire dans la région depuis le début de l'année. À deux reprises, la petite communauté de Gogama a été aux premières loges, ce qui suscite beaucoup d'inquiétudes.

Le porte-parole du BST, John Cottreau a rappelé que « Cet accident s'est produit approximativement à 37 km d'un autre déraillement impliquant un train de pétrole brut, le 14 février dernier ».

Les accidents ferroviaires sont prévisibles, selon Daniel Hammond de l'organisme militant, Transport Action Ontario, qui ne s'en étonne plus. Il croit que c'est le risque que pose le transport de matières dangereuses.

« Ce qui n'était qu'un accident à Gogama aurait cependant pu être une véritable tragédie », a affirmé la députée provinciale de Nickel Belt, France Gélinas, inquiète. « Est-ce qu'il va y en avoir un autre et la prochaine fois, est-ce qu'il va être au milieu du village? », s'est-elle demandé.

Ontario

Société