•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort du sergent Andrew Joseph Doiron : les témoignages de sympathie affluent

Le sergent Andrew Joseph Doiron

Le sergent Andrew Joseph Doiron

Photo : Facebook

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Avant même les attentats du 11 septembre 2001, l'Acadien Andrew Doiron, qui a été tué en Irak, rêvait de combattre le terrorisme. Il est mort à 31 ans. Originaire de Moncton,  il était diplômé de l'École Mathieu-Martin, à Dieppe. Dans l'album des finissants de 2001, il avait écrit qu'il rêvait d'antiterrorisme, et ce, quelques mois avant les attentats. Il a ensuite joint les Forces canadiennes en 2002.

« Ça prend du courage pour faire ce qu'il a fait en Irak. Il a fait ce qu'il a voulu. Il sera apprécié, là. »

— Une citation de  Louis Gaudette, concierge de l'École Mathieu-Martin

Andrew Joseph Doiron participait à la mission canadienne d'entraînement des combattants kurdes et irakiens qui luttent contre le groupe armé extrémiste État islamique. Il a été pris pour cible par erreur par les forces de sécurité kurdes. Trois autres soldats canadiens ont aussi été blessés. Le ministre de la Défense nationale, Jason Kenney, a parlé d'une tragique « erreur d'identification ». Il a affirmé qu'une enquête sera menée pour faire la lumière sur ce qui s'est passé.

Andrew Joseph DoironAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Louis Gaudette, concierge de l'école Mathieu-Martin, montre l'album de 2001 dans lequel Andrew Joseph Doiron a écrit qu'il rêve de combattre le terrorisme.

Photo : Matthew Bingley/CBC

La famille du sergent Doiron a publié un bref communiqué où on peut lire: « notre fils a tout donné et avec sa mort, nous avons aussi tout donné. Nous avons perdu notre fils adoré et demandons gentiment aux médias de respecter notre tristesse et notre vie privée. » 

Plusieurs personnalités en Acadie ont aussi rendu un chaleureux hommage au sergent Doiron, originaire de Moncton. Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, offre ses condoléances à sa famille et à ses amis.

« Tous les Canadiens ont une dette de reconnaissance envers les hommes et les femmes qui, sciemment, mettent leur vie en danger pour protéger notre pays et améliorer les choses dans le monde. Nos pensées et nos prières accompagnent la famille du sergent Doiron, ainsi que ses collègues blessés », souligne Brian Gallant dans une déclaration écrite.

Le député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin, dit espérer que l'enquête éclaircira les circonstances du décès de M. Doiron.

« Perdre un soldat canadien, que ce soit n'importe où dans le pays, c'est triste. Ce sont des personnes qui s'en vont à la défense de la démocratie, qui vont sur des missions que le Parlement, le gouvernement, les envoie dessus. C'est très triste. Je veux vraiment souhaiter ma très sincère sympathie à la famille de la victime », ajoute Yvon Godin.

« Le sergent Doiron est un homme très brave. C'est une perte pour notre communauté et particulièrement pour la famille. Je connais la famille Doiron. J'exprime mes condoléances pour toute la famille. »

— Une citation de  George LeBlanc, maire de Moncton
Andrew Joseph DoironAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Andrew Joseph Doiron

Photo : Facebook

Plusieurs anciens camarades de classe d'Andrew Joseph Doiron se sont réunis samedi soir à Moncton pour partager leurs meilleurs souvenirs de lui.

« C'est un homme qui était passionné par son travail ou par sa mission, je devrais dire. Il rêvait d'aller dans l'armée depuis que je le connais. Ce n'était pas une surprise que c'était ce qu'il voulait faire, vraiment s'avancer là-dedans. C'était un gars sympathique, facile d'approche. Il aimait beaucoup ses amis et il avait de bons liens avec sa famille », affirme Stéphanie Learmouth, une amie du sergent Doiron.

« Il avait vraiment un amour pour son pays. C'était vraiment quelqu'un qui faisait ce qu'il aimait faire. »

— Une citation de  Stéphanie Learmouth, amie du sergent Doiron

Des amis secoués par sa mort

Marc Melanson, de Moncton, a connu Andrew Doiron à l'école intermédiaire. Ils se sont côtoyés pendant une vingtaine d'années. Il raconte que son ami était un homme authentique.

« Andrew s'entourait de ce qui le rendait heureux et ne s'en faisait pas avec le reste. Je suis sûr que ce n'était pas toujours facile pour lui, mais c'est le genre de personne qu'il était et je l'admire pour tout cela. »

Marc Melanson souligne que son ami était fier d'être soldat.

« Ses yeux s'illuminaient toutes les fois qu'il en parlait. Il racontait comment il avait tissé des liens avec ses collègues et combien il était à l'aise dans son élément. Il avait une mission, mais aussi une passion », dit-il.

Les réactions à son décès abondent aussi dans les médias sociaux, notamment Facebook. « Tellement triste. Mes sympathies à la famille et aussi un gros merci », affirme Hazen Savoie, utilisateur de Facebook.

Sur Facebook, d'ailleurs, plusieurs de ses anciens camarades de classe ont remplacé leur photo de profil par la sienne. Un groupe créé en son honneur compte plus de 1300 membres. Des douzaines de personnes y publient des messages de remerciement.

D'autres personnes expriment leurs condoléances sur Twitter, dont le maire de Dieppe, Yvon Lapierre.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !