•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un soldat canadien tué en Irak

Le sergent Andrew Joseph Doiron a été tué en Irak, le 6 mars 2015.

Photo : Ministère de la Défense nationale

Radio-Canada

Un soldat de la base de Petawawa, en Ontario, a été tué par un tir ami en Irak, vendredi. Il s'agit du premier Canadien à tomber lors de cette mission en Irak. Trois autres soldats ont aussi été blessés.

Le sergent Andrew Joseph Doiron était un membre du Régiment d'opérations spéciales du Canada. Il était originaire de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Plusieurs de ses anciens camarades de classe se réunissent d'ailleurs ce soir pour lui rendre hommage.

Selon le ministère de la Défense nationale, l'incident s'est produit vers 15 h 50, heure locale d'Ottawa.

« Des membres des Forces d'opérations spéciales ont été pris pour cible par erreur par les forces de sécurité kurdes de l'Irak, à la suite de leur retour à un poste d'observation derrière les lignes de front », explique le ministère dans un communiqué.

Les trois soldats blessés sont dans un état « stable », selon le ministère. Ils reçoivent des soins mais l'armée n'a pas précisé la gravité ni la nature de leurs blessures. On ignore également s'ils seront transférés dans un plus grand centre hospitalier.

En conférence de presse samedi après-midi, le ministre de la Défense, Jason Kenney, a parlé d'une tragique « erreur d'identification ». Il a affirmé qu'une enquête sera menée pour faire la lumière sur ce qui s'est passé.

Ma compréhension est que les soldats canadiens ont agi avec professionnalisme et ont fait ce qu'ils devaient faire dans de telles circonstances, mais malheureusement, il s'agit d'une erreur de reconnaissance de la part de la milice kurde ayant résulté en un tir ami tragique.'

Le ministre de la Défense, Jason Kenney

Le ministre a poursuivi en rendant hommage au soldat Doiron, soulignant son patriotisme. Il maintient aussi que les soldats canadiens ne participent pas à une mission de combat.

Il a ajouté que la mort du soldat ne changera rien à la décision de prolonger ou non la mission canadienne contre l'EI en Irak. Cette semaine, le ministre canadien des Affaires étrangères Rob Nicholson n'était toujours pas prêt à dire si la mission militaire canadienne sera prolongée, même si on en est à un mois de la fin de la mission.

L'opposition veut en avoir le cœur net concernant la nature de la mission en Irak, à la suite de la mort du soldat. « Nous aurons des questions difficiles pour le gouvernement quand nous retournerons à Ottawa lundi », a dit Jack Harris, porte-parole du NPD en matière de défense nationale.

Mission canadienne

Environ 625 militaires canadiens sont déployés en Irak pour cette mission. Quelque 70 membres des forces spéciales ont été envoyés en Irak en septembre pour aider à entraîner des combattants kurdes. La mission ne devait pas comprendre de combats et les soldats d'élite devaient travailler loin des lignes de front.

Le contingent des forces spéciales, dont la mission est de conseiller et d'appuyer les soldats kurdes et irakiens dans leur combat contre les extrémistes de l'État islamique, est installé près de la ville du nord d'Erbil.

L'armée n'a pas précisé l'endroit exact où l'incident a eu lieu, mais les soldats kurdes ont mené des opérations ciblées dans les environs de Mossoul, la deuxième ville en importance en Irak, en préparation d'une offensive à grande échelle plus tard cette année.

Un média kurde, citant le commandant dans le secteur, a affirmé que le drame s'était joué près du village de Qapani, qui est au nord de Mossoul. La publication indépendante en ligne, E-Kurd Daily, a rapporté qu'il y avait eu récemment de lourds combats dans la région.

« C'est un homme qui était passionné par son travail, par sa mission. Il rêvait d'aller dans l'armée depuis que je le connais. Donc ce n'était pas une surprise que c'était ça qu'il voulait faire. Il voulait vraiment s'avancer là-dedans et il avait vraiment un amour pour son pays », a dit une amie de Moncton d'Andrew Joseph Doiron, Stéphanie Learmouth.

« C'est vraiment quelqu'un qui faisait ce qu'il aimait faire. C'était un gars qui était sympathique, facile d'approche. Il aimait beaucoup ses amis et il avait des bons liens avec sa famille », ajoute-t-elle.

Hommages au soldat Doiron

Le premier ministre Stephen Harper a envoyé ses « plus sincères condoléances » par voie de communiqué à la « famille, aux amis et aux collègues du Sergent Doiron » ainsi qu'un prompt rétablissement aux autres membres des Forces armées canadiennes ayant été blessées.

« Ce tragique incident nous rappelle les risques très réels auxquels nos courageux hommes et femmes qui portent l'uniforme font face pour défendre les libertés qui nous sont chères », a-t-il déclaré. Selon lui, la mission du Canada en Irak a encore sa raison d'être.

« Presque chaque jour, nous voyons de nouvelles preuves de la violente menace que constitue l'État islamique en Irak et au Levant. Plus que jamais, il est essentiel que, de concert avec les plus de 60 pays de la coalition, nous poursuivions la campagne visant à stopper la propagation de l'EIIL et à réduire ses capacités de perpétrer des attaques terroristes à l'étranger et ici, au Canada », souligne Stephen Harper. 

« Au nom du caucus du NPD, j'offre mes plus sincères condoléances à la famille du sergent Doiron, à ses amis et à sa famille élargie, composée des hommes et des femmes des Forces armées canadiennes. Nous souhaitons également un prompt rétablissement aux trois braves soldats qui ont été blessés au cours d'un incident de "tir ami" », a dit le chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, dans un communiqué.

Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, a également témoigné sa sympathie à la famille du soldat Doiron. « Sophie et moi pleurons avec tous les Canadiens et toutes les Canadiennes le décès tragique du Sergent Andrew Doiron, membre des Forces d'opérations spéciales, tué hier en Irak. Nos pensées sont avec ses proches, ainsi qu'avec les trois membres des Forces armées canadiennes qui ont été blessés. »

Le commandant du sergent Doiron aussi offert ses condoléances. « Tous les membres du Commandement – Forces d'opérations spéciales du Canada éprouvent un grand sentiment de perte à la suite du décès de Drew. Il était un opérateur spécial doué et un grand leader. Il adorait son travail et les personnes avec qui il travaillait. Nous pleurons la perte de Drew avec sa famille et nous lui offrons nos sincères condoléances », affirme le brigadier-général Michael Rouleau, dans un communiqué.

« Nos pensées accompagnent également les trois opérateurs blessés. Nous rapatrierons Drew avec dignité, nous prendrons soin de nos trois frères blessés et nous poursuivrons notre importante mission en Irak », poursuit-il.

Dans le même communiqué, le chef d'état-major de la Défense, le Général Tom Lawson, a souligné le dévouement du soldat Doiron. « Nous avons perdu un autre membre précieux de notre famille. Soldat et combattant, le sergent Doiron était un professionnel accompli apprécié de tous. Son sacrifice ne sera pas oublié. »

Le gouvernement américain a également transmis ses condoléances et salué « l'extraordinaire contribution et les sacrifices » des soldats canadiens dans la lutte contre l'EI.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Conflits armés

Société