•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre Barrette demande au DG du CHUM de rester en poste

Entrevues avec Jacques Turgeon et Gaétan Barrette

Après avoir dit jeudi qu'il n'avait « pas d'autre choix » que d'accepter la démission du directeur général du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), le ministre de la Santé du Québec Gaétan Barrette fait volte-face et invite Jacques Turgeon à reconsidérer sa décision. Le principal intéressé ne ferme pas la porte à un retour.

« C'est une démission qui n'est pas nécessaire. Il peut très bien revenir sur sa décision », a dit le ministre Barrette en entrevue au Réseau de l'information. « Je maintiens que la décision qui est prise n'est pas la bonne. Il devrait retirer sa démission et devrait continuer »

C’est une décision intempestive de faire cette démission. On peut revenir un pas en arrière. Je tends la main à M. Turgeon. Je ne peux pas le faire plus clairement.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé

Le ministre Barrette souligne que M. Turgeon a été nommé par le gouvernement, mais que sa démission a été soumise au C.A. du CHUM, qui peut maintenant intervenir.

Quelques heures après que le ministre eut fait cette déclaration, le président du C.A. du CHUM a démissionné. Ce coup de théâtre n'a pas fait changer d'idée Gaétan Barrette qui, au micro de Pas de midi sans info, sur ICI Radio-Canada Première, a réitéré qu'il tend la main à M. Turgeon pour qu'il revienne.

« Il y a la possibilité pour eux de revenir un peu à la case départ et d'apporter les correctifs nécessaires pour s'assurer que j'arrête moi de recevoir des lettres du corps médical, qui ont l'impression, parfois fondée, que les dés sont un petit peu pipés d'avance », a-t-il déclaré.

« Ça se corrige, cette situation-là. Et on a tous intérêt – et l'administration, et M. Turgeon et moi – de faire en sorte que le CHUM soit un succès. L'enjeu ici, c'est le succès du CHUM. Et cet épisode-là, j'ose l'espérer, va devenir un épisode à oublier, malheureux. »

Lorsqu'il parle des « dés pipés d'avance », le ministre Barrette fait référence au processus de nomination du chef de département de chirurgie du CHUM. Dans sa lettre de démission, Jacques Turgeon a dénoncé « l'ingérence » du ministre dans ce processus. 

Gaétan Barrette dément avoir voulu imposer une décision à M. Turgeon au sujet de cette nomination. « Je lui ai fait certaines suggestions et, à la fin, il prend une décision qui va dans le sens contraire », a-t-il noté, en assurant que c'est la « prérogative de l'organisation de faire ses choix ».

Le ministre dit avoir senti « l'obligation » d'intervenir auprès de M. Turgeon, et de faire des « vérifications » et des « recommandations », étant donné qu'une « majorité » de médecins du département lui demandaient d'agir en ce sens « parce qu'ils perçoivent des problèmes de partialité ».

M. Barrette dit qu'il reçoit de telles lettres depuis l'été dernier, et qu'un « groupe de médecins » est revenu à la charge le 15 février pour dénoncer que le processus était « partial ».

J'ai eu une discussion lundi passé avec le DG qui me confirme qu'il y a un candidat pressenti pour prendre le poste [de chef du département de chirurgie]. Le comité n'a pas encore siégé. Là, à un moment donné, peut-être que les gens ont raison, qu'il y a un problème.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé

Le ministre Barrette estime donc qu'à l'heure actuelle, l'enjeu reste le même pour le CHUM, peu importe que M. Turgeon reste ou non « Il doit y avoir soit une stabilisation de la situation jusqu'au déménagement, soit une garantie que, dans la perception des gens, il y a une impartialité » dans ce processus de nomination.

« Des gens de mon cabinet sont en contact avec des gens de son entourage [à M. Turgeon] et l'administration du CHUM », a aussi dit le ministre Barrette. « Je suis convaincu que les gens sont à l'écoute ce matin, et que les messages sont certainement reçus. »

« Je regarderai les conditions », dit Turgeon

Mis au courant de cette déclaration, M. Turgeon n'a pas fermé la porte à un retour. « À l'heure actuelle, je lui ai dit [au ministre] que j'accueillais cette offre, mais qu'il est encore beaucoup trop tôt pour que je puisse clairement dire que je vais reconsidérer, que c'est du passé et qu'on oublie tout ça », a-t-il déclaré à RDI.

« C'est des éléments qui doivent être discutés en présence de mon conseil d'administration, en présence des gens qui eux aussi ont des opinions », a-t-il encore dit. « Pour le futur, je regarderai les conditions, ce qui peut y être attaché », avait-il déclaré précédemment à l'émission C'est pas trop tôt.

Seon M. Turgeon, M. Barrette a exercé une « pression importante » pour que l'actuel chef du département de chirurgie, le Dr Patrick Harris, soit reconduit dans ses fonctions, et que ces pressions sont revenues « à répétition ».

Cette semaine, dans le contexte particulier de la renomination des PDG des hôpitaux, le ministre est revenu avec une demande lundi, mardi, son sous-ministre [a fait de même] mercredi. Je considérais que c'était trop. 

Auteur

Selon lui, le sous-ministre qui l'a appelé a d'ailleurs fait de la nomination du Dr Harris « une condition sine qua non » du ministre Barrette. « C'était contre mes principes », a-t-il dit. « Je ne pouvais pas accepter les conditions qu'on mettait devant moi. »

Jacques Turgeon rappelle qu'un premier comité de sélection avait été mis sur pied pour trouver un chef du département de chirurgie cet automne. Le comité a recommandé la nomination d'un urologue, mais cette décision n'a pas été approuvée par le conseil d'administration du CHUM, qui a dissous le comité.

Selon lui, « aucun membre du comité n'a voulu soutenir la candidature du Dr Harris » lors de ce processus. Le comité, dit-il, avait relevé des situations « d'intimidation et de harcèlement » au sein du département.

Le DG démissionnaire du CHUM argue en outre que le Dr Harris a déjà fait deux mandats à la tête du département. « Si c'est bon pour le président des États-Unis, ça doit être bon pour un chef » dans la fonction publique, a-t-il laissé tomber.

Quand on veut aller au fond des choses, on ne renomme pas les gens sur des ordres, comme ça, en dehors du processus.

Jacques Turgeon, DG démissionnaire du CHUM

Jacques Turgeon assure tout de même qu'il n'est « pas en guerre contre le ministre ». Il s'est montré évasif lorsqu'il a été interrogé sur les liens d'amitié allégués entre le ministre Barrette et le Dr Harris. « Je sais qu'il y a des liens », a-t-il dit. « C'est ce qu'on en dit. » Gaétan Barrette assure que ces liens sont d'ordre professionnel et non personnel. 

Après ces déclarations, M. Turgeon est allé assisté à une rencontre extraordinaire du conseil d'administration du CHUM. « On m'a demandé de venir présenter des faits au conseil. J'aurai à m'expliquer devant le conseil et par la suite le conseil prendra des décisions qui lui sont propres », a indiqué M. Turgeon.

Politique