•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Condos : toujours un marché d'acheteurs à Montréal

Édifices en construction à Montréal

Radio-Canada

Les Montréalais qui souhaitent bientôt acquérir une copropriété auront l'embarras du choix. Il y a présentement un acheteur pour 20 condos à vendre dans la métropole. La situation s'explique par la réduction du bassin d'acquéreurs potentiels, en raison du resserrement des règles hypothécaires, et par la construction de nombreuses tours d'habitation.

Un texte d'Olivier BachandTwitterCourriel

L'inventaire de condominiums neufs qui n'ont pas trouvé preneur dans la grande région de Montréal n'a jamais été aussi élevé depuis 2006.

Selon la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ), tous les secteurs de l'île de Montréal étaient favorables aux acheteurs de copropriétés sur le marché de la revente à la fin 2014, à l'exception de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, où le marché était toujours équilibré à la fin de l'année.

De 2013 à 2014, les délais de vente moyens ont grimpé de 14 jours pour atteindre 120 jours. Ceux qui souhaitent vendre leur copropriété doivent donc s'armer de patience.

Vendeur cherche acheteur

Lyne Arcand tente de vendre son condominium situé au 15e étage d'une tour du quartier Griffintown depuis juin 2014. Elle espérait conclure une transaction au plus tard l'automne dernier, mais elle peine toujours à trouver un acheteur. À l'instar de nombreux propriétaires dans la même situation, elle a décidé de louer sa copropriété en attendant.

Elle a fait l'acquisition de son condo en prévente il y a quatre ans, mais n'y a jamais habité. Son objectif a toujours été de le revendre pour en tirer profit.

Cette première expérience d'investissement en immobilier ne sera finalement pas aussi avantageuse que prévu. Lyne Arcand affirme que le prix affiché n'est pas beaucoup plus élevé que celui auquel elle a acheté son unité.

« On ne savait pas exactement ce qui s'en venait sur le marché. C'était un des premiers projets dans le quartier. La concurrence est maintenant très grande », constate-t-elle.

Sa courtière en immobilier, Dominique Chénier, affirme que plusieurs de ses clients se trouvent dans la même situation que Lyne Arcand. « Plusieurs condos sont sur le marché depuis six mois, voire un an, alors qu'en 2010, ça se vendait vraiment rapidement. »

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Des tours qui ont poussé comme des champignons

Les nombreux projets de tours à condominiums sont largement responsables de l'augmentation des délais de vente. Le nombre d'unités neuves invendues n'a cessé de grimper au cours des dernières années.

En 2010, on en comptait 1142 dans la région de Montréal, mais ce nombre a plus que doublé pour atteindre 2851 à la fin de l'année dernière. Plus de 10 000 unités supplémentaires sont présentement en construction. Parallèlement à cette situation, le resserrement des règles hypothécaires a quant à lui réduit le bassin d'acheteurs potentiels.

Craignant une surchauffe du marché immobilier, particulièrement à Toronto et à Vancouver, le gouvernement fédéral a abaissé la période d'amortissement maximale de 40 à 25 ans pour les prêts hypothécaires assurés par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Plusieurs acheteurs potentiels ont alors décidé de reporter l'achat d'une première propriété, jugeant que leurs paiements hypothécaires seraient trop élevés pour leurs moyens.

On s'en ressent dans le marché. Il y a moins de premiers acheteurs, ce qui fait en sorte que les autres ont plus de temps pour choisir une propriété. 

Dominique Chénier, courtière en immobilier

Séduire les acheteurs

Les promoteurs immobiliers doivent aussi composer avec un marché nettement favorable aux acheteurs. Plusieurs immeubles construits au cours des dernières années visaient particulièrement une jeune clientèle à la recherche d'une première propriété. Pour les attirer, la compétition est de plus en plus féroce.

L'entreprise Rachel Julien a récemment organisé une conférence uniquement destinée aux premiers acheteurs, dans l'espoir de les convaincre d'acheter une copropriété dans la deuxième phase de son projet U31, dans Rosemont-La Petite-Patrie. Les prix ont aussi été réduits.

« Pour devenir plus compétitifs, on a choisi de réduire nos marges bénéficiaires, affirme le président de Rachel Julien, Denis Robitaille. Le facteur prix est très important pour les acheteurs. »

D'autres promoteurs décident par exemple d'offrir gratuitement les électroménagers à l'achat d'un condo.

Des prix toujours en hausse

Malgré le ralentissement, les prix des condominiums ont tout de même continué d'augmenter, quoique faiblement. Sur l'île de Montréal, le prix de vente moyen des copropriétés a augmenté de 2 % l'an dernier sur le marché de la revente, pour atteindre 311 000 $.

Certains analystes estiment toutefois que la valeur des condos pourrait bientôt stagner dans la métropole, ou même diminuer quelque peu.

Selon le promoteur Martin Provencher, auteur du livre L'immobilier en 2025, les acheteurs doivent demeurer prudents dans ces circonstances.

C'est le bon temps d'acheter pour ceux qui veulent occuper leur condo, mais pas pour les investisseurs. Il faut toutefois faire la transaction dans une optique de long terme.

Martin Provencher, promoteur et auteur

Selon lui, les acheteurs doivent songer à conserver leur copropriété au moins cinq ans pour être certains de récupérer leur mise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie