•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaspésie : le retour du train de passagers incertain

Le reportage de Martin Toulgoat
Radio-Canada

Même si Québec devenait propriétaire du rail gaspésien de 320 km, le retour du train de passagers jusqu'à Gaspé demeurerait incertain.

La compagnie Via Rail répète que le service sera de retour lorsque le rail sera sécuritaire, mais le gouvernement provincial ne fera aucun investissement pour sécuriser le tronçon entre Caplan et Percé.

La gare intermodale de Gaspé a été inaugurée en 2013. Le bureau de Via Rail n'a jamais été occupé. Le train de passagers ne se rend plus à Gaspé depuis trois ans.

Le milieu touristique espère au moins que Via Rail sera de retour pour assurer un service à court terme entre Matapédia et Caplan.

« Il y a le Centre des congrès de Carleton qui est sur le chemin de ce secteur du rail, note le président de la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé, Frédéric Côté. Je pense qu'on devrait s'attendre à ce qu'on réactive son service le plus à l'est possible. »

Le premier train de passagers est arrivé en gare à Gaspé en 1913. Bien que Québec a acheté le rail, le développement ferroviaire a reposé essentiellement sur le fédéral, comme le rappelle l'historien Jean-Marie Fallu.

« Ça questionne l'absent, dit-il. Où est le fédéral là-dedans? La Confédération a été bâtie sur le chemin de fer. »

Le train de passagers n'est toutefois plus le moteur économique et social qu'il était en Gaspésie et ailleurs au Canada au début du 20e siècle.

« Il y a un débat de société qu'on devrait avoir, poursuit l'historien. À un moment donné, on ne peut pas tout avoir. L'automobile sera toujours là, les routes, l'avion, le train, est-ce qu'on a les moyens de tout avoir? »

Pour l'instant, Via Rail refuse de commenter cette proposition d'achat du gouvernement du Québec. La compagnie se contente de répéter que son train de passagers sera seulement de retour lorsque la voie ferrée sera sécuritaire.

D'après le reportage de Martin Toulgoat

Est du Québec

Société