•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Caisse de dépôt acquiert une participation de 30 % dans Eurostar

Trains Eurostar à Londres

Trains Eurostar à Londres

Photo : iStock / iStockPhoto / JohnnyGreig

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un consortium formé par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) et la société Hermes Infrastructure met la main sur la participation du gouvernement britannique de 40 % dans le réseau ferroviaire à grande vitesse Eurostar.

Le montant allongé est d'environ 1,12 milliard de dollars canadiens. L'institution québécoise débourse près de 850 millions en échange d'une participation de 30 % dans l'Eurostar.

Grâce au tunnel sous la Manche, Eurostar relie la Grande-Bretagne, la France ainsi que la Belgique.

La demande à l'endroit du service ferroviaire Eurostar, le plus important opérateur international de trains à grande vitesse en Europe, a constamment augmenté depuis son entrée en service en 1994.

L'an dernier, Eurostar a transporté plus de 10,4 millions de passagers, en hausse de près de 3 % par rapport à l'année précédente.

La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) contrôle 55 % d'Eurostar. La participation restante de 5 % appartient à la Société nationale des chemins de fer belges.

De passage à Bordeaux, en France, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s'est réjoui de cet investissement. « Ça témoigne de la justification d'investir dans les infrastructures de transport pour la Caisse. Et ça témoigne de l'expertise également que la Caisse, par ses investissements, a acquise dans l'opération et la gestion des systèmes de transport », a-t-il dit.

Propriétaires de l'Eurostar

  • Société nationale des chemins de fer français (55 %)
  • Caisse de dépôt et placement du Québec (30 %)
  • Hermes Infrastructure (10 %)
  • Société nationale des chemins de fer belges (5 %)

« Un actif hautement stratégique »

Selon le vice-président principal, placements privés et infrastructures de la Caisse, Macky Tall, il s'agit d'un investissement dans l'un des systèmes de transport interurbain « les plus appréciés de toute l'Europe ».

« Nous devenons partenaires d'un actif hautement stratégique qui générera des rendements stables et prévisibles pour nos déposants », a-t-il souligné, mercredi, par voie de communiqué.

La participation britannique dans Eurostar était convoitée par d'autres joueurs, dont la banque française Crédit Agricole, le fonds d'investissement privé 3i et la société d'État GIC de Singapour.

L'automne dernier, le gouvernement britannique avait mis en vente la participation de 40 % détenue par la société d'État London & Continental Railways dans Eurostar. Cette décision faisait partie d'une stratégie pour amasser plus de 38 milliards de dollars en vendant des actifs.

La transaction demeure conditionnelle à l'obtention, par la SNCF, de l'autorisation de la Commission européenne relative au règlement de l'Union européenne sur les concentrations d'entreprises et à l'approbation de l'Office fédéral allemand des ententes.

Elle devrait être conclue au cours du deuxième trimestre de l'exercice 2015.

Eurostar, qui compte 1600 employés et dont le siège social est situé à Londres, a transporté plus de 150 millions de passagers depuis 1994.

Récents investissements de la Caisse en infrastructures

  • Construction d'un centre de recherche et traitement sur le cancer à Victoria, en Australie (2012) : 1,46 milliard de dollars canadiens
  • Modernisation du Terminal 2 de l'aéroport de Heathrow, à Londres (2009-2014) : 4,17 milliards de dollars canadiens
  • Expansion et modernisation de l'aéroport de Hambourg (2001-2010) : 495 millions de dollars canadiens
  • Construction d'une centrale au gaz dans l'État de New-York (2004-2006) : 1 milliard de dollars canadiens
  • Modernisation du Terminal 5 de l'aéroport de Heathrow (2001-2008) : 7,8 milliards de dollars canadiens
  • Construction d'une ligne de train léger entre le centre-ville et l'aéroport de Vancouver (2005-2009) : 1,9 milliard de dollars canadiens
  • Construction de l'autoroute 407 en Ontario (1999-2001) : 900 millions de dollars canadiens

Source : Caisse de dépôt et placement du Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !