•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les serres Demers de Lévis intéressées par Savoura

L'agronome Jacques Demers dans une des serres de l'entreprise familiale à Saint-Nicolas.

L'agronome Jacques Demers dans une des serres de l'entreprise familiale à Saint-Nicolas.

Radio-Canada

Les Productions Horticoles Demers de Lévis souhaitent se porter acquéreur des actifs des Serres du Saint-Laurent et de la marque Savoura.

L'entreprise qui produit les tomates Savoura s'est prévalue la semaine dernière d'une disposition de la loi sur les faillites qui permet de vendre les actifs de l'entreprise afin de rembourser les créanciers. Le syndic Raymond Chabot doit vendre les trois installations de l'entreprise situées à Portneuf, Danville et Saint-Étienne-des-Grès.

Le président-directeur général de Productions Horticoles Demers, Jacques Demers, indique qu'il connaît bien l'entreprise familiale. L'acquisition de Savoura permettrait à son entreprise de poursuivre son expansion. 

« Nous avons des serres à Saint-Nicolas, on a des serres à L'Assomption, du côté de Montréal, et on a un tout nouveau complexe du côté de Drummondville qui est tout récent de 2012. C'est certain qu'on est en pleine croissance et c'est une opportunité intéressante », affirme-t-il.

Jacques Demers dit avoir appris avec tristesse les difficultés financières vécues par la famille Gosselin qui a fondé Savoura, « un fleuron du terroir québécois ».

« C'est une triste nouvelle que les Serres du Saint-Laurent soient maintenant acculées a la faillite. L'espoir de pouvoir reprendre les activités et conserver les emplois en région, c'est une de nos préoccupations », affirme Jacques Demers.

Productions Horticoles Demers produit actuellement plusieurs variétés de fruits et légumes en serres.

Serres Saint-Laurent emploie de son côté environ 200 personnes. Les activités de l'entreprise se poursuivront jusqu'au moment de la vente.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Économie