•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dolan a ressenti « les deux solitudes » aux Écrans canadiens

Xavier Dolan et Suzanne Clément

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Au lendemain du succès incontesté de son film Mommy au gala des Écrans canadiens, à Toronto, Xavier Dolan dit avoir trouvé étrange l’atmosphère du gala, où son équipe et lui étaient pratiquement inconnus.

« On arrivait sur le tapis rouge, et, sans les cartons qui indiquaient qui on était exactement, les photographes étaient complètement perdus. Ce qui, sans prétention, est particulier. Parce que, quand même, le film a connu un beau succès à l’international », a dit le cinéaste en entrevue avec Anne-Marie Dussault à l'émission 24/60

Les Écrans canadiens, qui récompensent autant les films que les émissions de télévision produites au Canada, représentent pour lui « un univers qui est assez spécifique », caractérisé par l’importance « du stardom canadien-anglais, qui est constitué, disons-le, des stars de la télévision canadienne-anglaise ».

« Je pense d’ailleurs que c’est pour ça que le gala regroupe les prix que l’on décerne à la télévision et au cinéma », estime le réalisateur.

Xavier Dolan souligne d’ailleurs que le gala a débuté avec « une sorte d’ode à la cinématographie canadienne » où « on sentait l’ignorance du cinéma québécois dans le big picture ».

On sent vraiment ce que l’on appelle, avec peu d’originalité maintenant - mais quand même assez de justesse - les deux solitudes. C’est assez curieux quand même.

Xavier Dolan, cinéaste

« Moi, je ne me demande pas ce que je fais là. C’est un film qui a été financé par Téléfilm Canada. Peu importe les allégeances politiques des uns et des autres, c’est un film qui a été fait dans un certain contexte artistique, politique aussi », explique-t-il.

Quoi qu’il en soit, le lauréat estime que Mommy est un film canadien autant qu’un film québécois, même si l’ambiance de ce gala révèle quand même un gouffre « entre deux cultures qui gagneraient à se connaître l’une l’autre ».

Mommy a raflé neuf prix dimanche soir à Toronto, dont ceux de meilleur film et de meilleure réalisation. Xavier Dolan a également été récompensé pour le meilleur scénario original et le meilleur montage, tandis que son film a remporté les trophées pour la meilleure direction artistique et les meilleurs maquillages.

Le prix du meilleur acteur a été décerné à Antoine-Olivier Pilon et celui de meilleure actrice à Anne Dorval. Elle était en compétition avec l'Américaine Julianne Moore, vedette du film Maps to the stars, du réalisateur torontois David Cronenberg. Suzanne Clément a pour sa part été récompensée comme meilleure actrice dans un rôle de soutien.

Cinéma

Arts