•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Office régional de la santé se sert d'Internet pour combattre une épidémie de syphilis

La bactérie responsable de la syphilis Photo: Getty Images
Radio-Canada

En mars 2014, le nombre de cas de syphilis à Winnipeg a connu une augmentation de 600 pour cent par rapport à l'année précédente. L'Office régional de la santé de Winnipeg (OSRW) adopte donc de nouvelles techniques numériques pour lutter contre cette maladie sexuellement transmissible en utilisant des publicités de sensibilisation et de la communication directe sur les sites de rencontres les plus populaires.

Selon la médecin hygiéniste de l'OSRW, Dr Joss Reimer, les sites Web et les applications mobiles de rencontres contribuent à l'éclosion : « Avec des applications comme Tinder et Grindr, les gens peuvent facilement géolocaliser des rapports sexuels occasionnels sans toutefois connaître les antécédents sexuels de leur partenaire ».

L'Office de santé veut utiliser des médias sociaux pour prévenir les personnes à risque des dangers auxquels ils s'exposent. L'OSRW publie des annonces en ligne sur les sites de rencontres les plus populaires pour informer le public des signes et des symptômes de la syphilis, ainsi que des moyens à prendre pour se faire tester.

Les infirmiers vont aussi communiquer directement, mais de façon anonyme, avec les partenaires de personnes qui ont reçu un test positif.

Souvent les personnes qui viennent nous voir ne connaissent pas le nom de leur partenaire, juste un pseudonyme ou un avatar. Les infirmiers vont alors se créer des comptes de médias sociaux afin de dépister ceux qui pourraient avoir été exposés et les encourager de subir les tests nécessaires.

Dr Joss Reimer, médecine-hygiéniste de l'Office de la santé régional de Winnipeg

La syphilis est une maladie qui se transmet lors de rapports bucco-génitaux, contrairement au VIH qui se répand majoritairement lors de rapports vaginaux ou anaux. Les précautions traditionnelles utilisées pour prévenir la transmission du VIH ne suffisent pas pour se protéger contre la syphilis, explique la médicin.

La maladie se manifeste initialement par l'apparition d'une ulcération non douloureuse aux organes génitaux ou à la bouche. Si elle n'est pas traitée, la syphilis peut causer des problèmes de santé graves, touchant le cœur et le cerveau. « Pourtant, c'est très facile à traiter. Pour la plupart des cas, une dose de pénicilline est suffisante. Pour les cas plus graves, ça prendrait peut-être quelques doses de plus. », selon Mme Reimer.

Dans les années 1990, l'Office enregistrait moins de trois cas de la maladie par année. En 2014, plus de 90 cas de syphilis infectieuse ont été signalés à l'OSRW.

Manitoba

Santé