•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Irak lance une offensive contre l'État islamique à Tikrit

Des militaires irakiens et des miliciens chiites se sont rassemblés près du barrage d'Udhaim en prévision de l'offensive.

Des militaires irakiens et des miliciens chiites se sont rassemblés près du barrage d'Udhaim en prévision de l'offensive.

Photo : Thaier Al-Sudani / Reuters

Radio-Canada

L'armée irakienne a lancé lundi une opération militaire d'envergure pour reprendre le contrôle de Tikrit, à 160 km au nord de Bagdad, que le groupe armé État islamique (EI) détient depuis l'été dernier.

L'offensive, la plus importante depuis la chute de la ville, est menée en collaboration avec des miliciens chiites du groupe Mobilisation populaire et des tribus locales sunnites hostiles à l'EI.

Selon l'Agence France-Presse, quelque 30 000 hommes participent aux opérations, et ils attaquent de 3 directions, avec l'appui d'avions de chasse, d'hélicoptères et de tirs d'artillerie.

On ne sait pas si des avions de la coalition internationale, dont fait partie le Canada, participent à ces opérations.

L'avancée des djihadistes de l'État islamique (EI)

Le commandant militaire pour la province de Salaheddine, Abdel Wahab Saadi, affirme que l'opération « se déroule comme prévu », en précisant que l'offensive principale se déroule sur le front est.

« Jusqu'à présent, nous ne sommes pas entrés dans la ville », ajoute-t-il.

« L'objectif est bien sûr de finir de libérer la province pour permettre le retour des déplacés », affirme le commandant Saadi. « Mais il s'agit aussi d'un tremplin sur le chemin de la libération de Mossoul », deuxième ville d'Irak, située à environ 200 km au nord de Tikrit.

Un combattant chiite a déposé son arme pour prier, en prévision de l'offensive sur Tikrit.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un combattant chiite a déposé son arme pour prier, en prévision de l'offensive sur Tikrit.

Photo : Thaier Al-Sudani / Reuters

L'armée américaine a déjà fait savoir qu'elle souhaiterait qu'une offensive pour reprendre Mossoul se déroule en avril ou en mai. Le déroulement de l'offensive sur Tikrit sera déterminant pour la suite des opérations.

En prévision de l'opération, le premier ministre irakien Haïder Al-Abadi a appelé les habitants de la région à se retourner contre les islamistes.

« J'appelle tous ceux qui ont été trompés et ont commis des erreurs à déposer les armes aujourd'hui. Celle-ci pourrait être leur dernière chance », a-t-il déclaré dimanche en évoquant une amnistie pour des habitants qui auraient choisi le camp de l'État islamique.

Tikrit, une ville sunnite, est le berceau de l'ancien président irakien Saddam Hussein. D'anciens cadres du parti Baas, qu'il dirigeait, sont accusés de s'être alliés à l'EI pour contrer le gouvernement, dominé par les chiites depuis sa chute.

La présence de forces chiites à Tikrit alimente d'ailleurs certaines craintes, puisque les miliciens chiites sont accusés d'avoir perpétré des exactions dans des zones qu'ils ont reprises à l'État islamique. Les chefs de la milice nient avoir agi de la sorte.

Le premier ministre Al-Abadi a néanmoins demandé à tous les combattants de « protéger les civils et les propriétés avec le plus grand soin ».

Notre dossier
Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

International