•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rand Paul se positionne comme candidat des conservateurs américains pour 2016

Le sénateur Rand Paul lors de la conférence du mouvement républicain américain de 2014

Le sénateur Rand Paul lors de la conférence du mouvement républicain américain de 2014

Photo : AFP / CHIP SOMODEVILLA

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le sénateur Rand Paul est arrivé en tête samedi soir d'un « vote de paille » organisé par des militants conservateurs dans l'État du Maryland, renforçant sa précandidature à la primaire républicaine en vue de l'élection présidentielle de 2016 aux États-Unis.

Le sénateur libertarien du Kentucky a décroché 25,7 % des voix lors de ce scrutin organisé par la Conservative Political Action Conference.

« Les conservateurs de notre parti ont parlé d'une voix forte et claire aujourd'hui », s'est félicité Rand Paul dans un communiqué. « J'envisage de jouer mon rôle et j'espère que vous vous joindrez à moi pour faire du GOP [le Grand Old Party, surnom du Parti républicain] un parti plus grand, un parti meilleur et un parti plus audacieux. »

Il devance le gouverneur du Wisconsin, Scott Walker, dont la performance inattendue (21,4 %) confirme l'émergence récente parmi les candidats plausibles à l'investiture républicaine et l'attrait qu'il exerce auprès d'un électorat conservateur.

Le sénateur du Texas Ted Cruz a pris la troisième place (11,5 %) tandis que Jeb Bush, l'ancien gouverneur de Floride, n'a rallié que 8,3 % des suffrages, un score guère surprenant puisque les 3007 électeurs de la CPAC représentent l'aile conservatrice du Parti républicain quand Bush séduit davantage les modérés. Du reste, l'équipe de Bush a insisté sur le fait qu'il n'avait pas présenté son nom à ce « vote de paille ».

La mini-consultation traditionnelle organisée par la CPAC ne prédit pas à tout coup l'issue des primaires républicaines. Mitt Romney s'y était certes imposé avant de remporter en 2012 la course à l'investiture du Grand Old Party (et de se faire battre par Barack Obama); quatre ans plus tôt en revanche, John McCain n'avait pas séduit les participants de ce « vote de paille », mais il avait porté les couleurs du Parti républicain à la présidentielle, remportée par Obama.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !