•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allocation de transition de 150 000 $ d'Yves Bolduc : « ça doit cesser », dit le PM

Yves Bolduc et Philippe Couillard

Yves Bolduc et Philippe Couillard

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La décision d'Yves Bolduc d'empocher son allocation de transition de 150 000 $ dans la foulée de son départ de la vie politique ne plaît guère au premier ministre Philippe Couillard. Il veut que cette pratique cesse et demande la collaboration des partis d'opposition pour y parvenir.

« Je n'aime pas ça. [...] Je préférerais que ça n'existe pas, cette possibilité », a-t-il déclaré sans détour lors d'une conférence de presse donnée vendredi matin à l'occasion du miniremaniement ministériel entraîné par le départ de son ex-ministre de l'Éducation. Il invite d'ailleurs Yves Bolduc à réfléchir à la question.

« Je lui lance un appel à être sensible, plus que sensible, à l'inquiétude et à la préoccupation des citoyens sur cette question-là.  »

— Une citation de  Philippe Couillard, premier ministre du Québec

M. Couillard affirme qu'il est lui-même « très sensible » à cette question, et qu'il « partage le même sentiment que la population » à ce sujet.

« Laissez-moi être très clair : cette pratique-là, elle doit cesser. Elle doit cesser d'une façon à ce que les députés ne soient pas juge et partie de modifications à leurs conditions de travail. »

— Une citation de  Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Philippe Couillard affirme que le problème des allocations de transition peut être réglé en utilisant comme base de travail un rapport indépendant déposé en juillet dernier. Il demande aux partis d'opposition de collaborer à ces discussions de façon « non partisane et non démagogue ».

« C'est dans l'intérêt de tout le monde et de la société qu'on règle cette question et d'autres et on a l'outil pour le faire », a-t-il plaidé.

M. Couillard ajoute que cette question ne peut être réglée à la pièce. « Il faut la régler de façon structurée, il faut la régler ensemble. On a un outil indépendant pour le faire. Mettons-nous au travail », a-t-il dit.

Le premier ministre du Québec a cependant rappelé que ces indemnités doivent être envisagées selon des circonstances qui varient. « Est-ce qu'on a un emploi? Est-ce qu'on a un revenu garanti qui nous attend? Ce n'est pas évident, souvent, d'être sorti de la politique. Gardez ça en mémoire. »

Dans le cas d'Yves Bolduc, les réponses à ces questions sont cependant claires : il a lui-même affirmé qu'il allait reprendre sa pratique médicale. Sa décision d'empocher son allocation de transition n'en est pas moins parfaitement légale à l'heure actuelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !