•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux cégeps de Montréal suspendent leurs contrats avec Adil Charkaoui

Adil Charkaoui
Adil Charkaoui

Le Collège de Maisonneuve et le Collège de Rosemont ont suspendu les contrats de location qu'ils avaient conclus avec Adil Charkaoui. Ce dernier n'a pas encore commenté leur décision, sinon pour annoncer une conférence de presse pour vendredi matin.

Au Collège de Maisonneuve, M. Charkaoui avait loué quatre salles de classe pour enseigner le Coran et deux plateaux sportifs pour l'École des compagnons, affiliée au Centre communautaire islamique de l'Est de Montréal, dont il est le président. 

La directrice des affaires corporatives et des communications de Maisonneuve, Brigitte Desjardins, a expliqué jeudi lors d'une conférence de presse que le Collège était tombé sur « une vidéo qui faisait la promotion de valeurs différentes des nôtres et dans laquelle on tenait des propos inappropriés ».

Le contenu de la vidéo a incité le Collège à mettre un terme au contrat de location. « Nous suspendons notre entente actuelle », a déclaré Mme Desjardins, qui affirme que le Collège de Maisonneuve poursuivra ses recherches « afin de trouver des informations plus pointues ».

Sentiment de déjà vu au Collège de Rosemont

Le Collège de Rosemont a ensuite transmis un communiqué pour annoncer qu'il mettait également fin à ses relations contractuelles avec le Centre communautaire islamique de l'Est de Montréal, auquel il louait aussi des locaux.

Évoquant des événements similaires survenus avec l'École El Forkane, le directeur général du Collège de Rosemont, Stéphane Godbout, écrit que l'établissement a pris cette décision « le temps de compléter son enquête et de prendre une décision finale ».

Le Collège de Rosemont [...] se soucie du contexte mondial actuel et du phénomène de la radicalisation. À cet effet, des mesures ont déjà été initiées par le Collège afin de minimiser ce phénomène social qui a des impacts négatifs et dangereux pour nos jeunes.

Stéphane Godbout, directeur général du Collège de Rosemont

En février, le Collège de Rosemont avait résilié le contrat de location conclu avec l'École El Forkane parce que le site web de l'établissement affichait des hyperliens renvoyant à du contenu s'opposant aux écoles laïques et appuyant le djihad.

Cette rupture des ponts entre ces deux collèges et le Centre communautaire islamique de l'Est de Montréal survient alors qu'on apprend que des jeunes Québécois sont soupçonnés d'être allés grossir les rangs de l'État islamique en Syrie. Quatre de ces six jeunes étaient inscrits au Collège de Maisonneuve l'automne dernier.

En entrevue à l'émission Dutrizac, sur les ondes du FM 98,5, Mme Desjardins a déclaré qu'elle ne savait pas si ces anciens étudiants avaient aussi fréquenté les classes de fin de semaine du Centre communautaire islamique de l'Est de Montréal offertes dans les salles du Collège de Maisonneuve.

Mais selon ce qu'a appris Radio-Canada, un des six jeunes aurait fréquenté les activités organisées par M. Charkaoui.

Adil CharkaouiAdil Charkaoui (archives) Photo : PC / Tom Hanson

Qui est Adil Charkaoui?

Établi au Canada en 1995, Adil Charkaoui a été arrêté en mai 2003 en vertu d'un certificat de sécurité. Le gouvernement fédéral soupçonnait l'homme originaire du Maroc d'appartenir à un réseau terroriste lié à Al-Qaïda, ce qu'il a toujours nié.

Après plus de 21 mois d'incarcération, il a été remis en liberté en 2005 par un juge de la Cour fédérale, qui lui a néanmoins imposé de strictes conditions, dont le port d'un bracelet électronique. Plusieurs organisations, dont Amnistie internationale et la Ligue des droits de l'homme, avaient milité pour l'abandon des procédures engagées contre lui.

En août 2009, Ottawa a retiré certains éléments de preuve dans le dossier d'Adil Charkaoui, affirmant que le fait de les rendre publics compromettrait la sécurité nationale.

Avec le retrait de ces documents, liés à l'écoute électronique dont Adil Charkaoui avait fait l'objet, Ottawa a affaibli la preuve qu'il disait détenir dans ce dossier.

Conséquemment, la juge Danièle Tremblay-Lamer de la Cour fédérale a estimé que le certificat de sécurité émis contre le Montréalais n'avait plus sa raison d'être.

En septembre de la même année, la juge Tremblay-Lamer a levé les dernières conditions de remise en liberté imposées à Adil Charkaoui. Il a de son côté réclamé des excuses officielles du gouvernement, qu'il n'a pas obtenues. Le certificat de sécurité qui pesait contre lui a finalement été révoqué en octobre de la même année.

En 2011, il a annoncé son intention de poursuivre le gouvernement fédéral, le SCRS et l'Agence des services frontaliers du Canada pour 26 millions de dollars. Le gouvernement canadien se défend pour sa part d'avoir traité injustement Adil Charkaoui.

Adil Charkaoui a depuis fait parler de lui dans les médias pour son rôle de porte-parole du Collectif québécois contre l'islamophobie, qui a notamment organisé une marche contre le projet de charte des valeurs québécoises en 2013.

Adil Charkaoui dit avoir obtenu sa citoyenneté canadienne en juillet 2014.

Société