•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Jason Ho-Shue

Jason Ho-Shue

Photo : Olivier Arbour-Masse

Radio-Canada

PRINCE GEORGE - Jason Ho-Shue a une fois de plus eu une pensée pour son défunt père quand il a confirmé sa victoire en finale du tournoi de badminton. Histoire d'un jeune prodige au destin renforcé par la mort.

Un texte d’Olivier Arbour-MasseTwitterCourriel

Ho-Shue a triomphé de la compétition de badminton masculin en simple des Jeux du Canada mercredi. À 16 ans seulement, il a régné sur un tournoi opposant les meilleures raquettes de 16 à 23 ans.

« Il serait très fier de moi, a dit l'Ontarien à propos de son père. Mais il me dirait probablement que ce n'est pas suffisant, que je dois continuer et obtenir de meilleurs résultats. »

Ho-Shue a été guidé vers le badminton par son père, son premier entraîneur. Mais en 2011, le choc. Son père meurt d'un infarctus subi sur le terrain.

Jason prend quelques nécessaires semaines loin des raquettes et volants. Il se décide finalement à renouer avec sa passion et remporte ses premiers Championnats canadiens juniors. À 12 ans, il obtient l'or chez les moins de 14 ans en simple, en double et en double mixte... la première étape de son irrésistible ascension.

« Il a été ma motivation pour ne jamais lâcher. C'est pour lui que je suis revenu », confie l'humble adolescent.

« De ce que j'ai perçu, la mort de son père lui a fait réaliser que la vie est précieuse et qu'il n'y a pas de temps à perdre, explique l'entraîneur-chef de l'équipe ontarienne Andrew Dabeka, qui côtoie plus fréquemment Jason depuis deux ans.

« Il a développé sa motivation plus jeune que la plupart des joueurs. Habituellement, c'est à 15 ou 16 ans qu'ils décident de s'investir à 100 % dans leur sport. Il montre la maturité d'un joueur de 20 ans. »

Règne canadien

Jason s'est lancé dans la pratique de son sport sans retenue. Il a triomphé aux Championnats canadiens juniors chaque année depuis le tragique incident. Son dernier titre canadien en lice : celui des moins de 19 ans obtenu à 15 ans en 2014.

Puis, mercredi, cette victoire aux Jeux du Canada contre son compatriote ontarien Andrew D'Souza, classé 1er senior au pays.

Jason n'a pas que remporté l'or face à D'Souza. Il a aussi vaincu une de ses idoles, de quatre ans son aîné, et prouvé que le gain signé contre lui plus tôt cette année n'était pas un accident.

La fiche entre les deux hommes est désormais de 2-2 cette saison. Au total, Jason n'a subi que trois défaites en 2014-2015. « En 50 ou 60 matchs », estime-t-il.

« Je prends chaque défaite comme une leçon, confie Jason Ho-Shue. Je me donne le temps de réfléchir à ce que j'ai fait de mal, et je retourne à l'entraînement pour corriger mes erreurs. »

Vers le top 10 mondial

À sa première campagne sur la scène nationale senior, Jason pointe au 5e rang au général. Il vise la 2e position au pays dès l'an prochain. Avant, il espère participer aux Jeux panaméricains cet été à Toronto. Il a également les Jeux olympiques de 2020 dans sa ligne de mire.

L'entraîneur Andrew Dabeka, qui a pris part aux Jeux de Pékin comme joueur, voit grand pour le jeune Ontarien. « Il atteindra le top 10 mondial un jour. Il va continuer de s'améliorer et de prendre de la force physique. Il a beaucoup de potentiel à développer. »

Dans cet ambitieux développement qui lui est prédit, Jason conservera la mémoire de son père comme source inépuisable de motivation.

L'Ontario, puissance du badminton

L'Ontario a décroché 7 des 15 médailles attribuées à ce jour aux Jeux du Canada : un doublé or-argent en simple chez les hommes et les femmes ainsi qu'en double mixte et l'or en double masculin.

« La taille de notre population aide, dit d'entrée de jeu l'entraîneur-chef Andrew Dabeka.

« Sans vouloir porter préjudice à qui que ce soit, on a une grosse population asiatique dans la région de Toronto. Le badminton est très populaire dans l'est de l'Asie. Traditionnellement, les familles asiatiques sont plus intéressées par ce sport que par le hockey par exemple. »

« À Markham, près de Toronto, il y a une trentaine de gros clubs de badminton. Ça a créé une atmosphère très compétitive qui a fait grimper le niveau de jeu rapidement ces dernières années. »

Autres sports

Sports