•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

T.-N.-L. : des ours polaires qui n'ont pas froid aux yeux

Des traces de pattes d'ours polaires sont visibles dans la neige près de Black Tickle, au Labrador. On croit que neuf des grands carnivores auraient visité la communauté cette semaine.
Des traces de pattes d'ours polaires sont visibles dans la neige près de Black Tickle, au Labrador. On croit que neuf des grands carnivores auraient visité la communauté cette semaine. Photo: Gracieuseté de Samantha Curl
Radio-Canada

Plusieurs ours polaires circulent librement ces jours-ci dans la communauté de Black Tickle, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Selon le sergent des Rangers canadiens, Jeffrey Keefe, il y avait environ neuf ours polaires dans les environs de Black Tickle lundi. Il s'agit d'une des premières fois que les grands carnivores sont vus dans la communauté côtière du Labrador aussi tôt dans l'année.

D'habitude, les résidents de cette petite communauté de 200 habitants de la côte sud du Labrador voient les ours polaires plus tard au printemps, alors que ces derniers regagnent le nord.

Ceci est une photo d'un ours polaire repéré à la fin de 2013 à Black Tickle, une petite communauté insulaire au large de la côte sud du Labrador.Ceci est une photo d'un ours polaire repéré à la fin de 2013 à Black Tickle, une petite communauté insulaire au large de la côte sud du Labrador. Photo : (Gracieuseté de Angela Dyson)

Pas de frénésie à Black Tickle

Les ours polaires représentent une menace pour les humains et sont connus pour être dangereux. Un mâle adulte peut peser jusqu'à 700 kg. Ce sont des chasseurs passionnés tant sur la terre ferme que dans l'eau. D'ailleurs, ils sont d'excellents nageurs sur de grandes distances.

Partout ailleurs, les gens paient une fortune pour ce genre de choses. Mais nous sommes ici tous les jours, tout en s'assurant qu'ils restent à distance de la communauté.

Jeffrey Keefe, sergent des Rangers canadiens.

Dans certaines communautés, on assiste à une vraie frénésie lorsqu'on constate la présence d'un ours, mais ce n'est pas le cas à Black Tickle.

Il y quelques années de cela, se rappelle M. Keefe, on a aperçu environ 12 ours sur l'île.

Dans le passé, les visites d'ours polaire passaient généralement inaperçues à l'extérieur de Black Tickle, mais les médias sociaux ont complètement changé la donne.
Cependant, Black Tickle est désormais une destination populaire pour les ours polaires.

L'année dernière, M. Keefe estime que 28 ours sont venus dans la région.

Avec les informations de CBC

Environnement