•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves montréalais en concert à Carnegie Hall

Une soixantaine de jeunes musiciens de l'École secondaire Joseph-Francois-Perrault, à Montréal, se préparent fébrilement à jouer dimanche au mythique Carnegie Hall de New York. Les élèves participent à un festival de musique avec trois orchestres américains.  

Un photoreportage d'Anne-Louise DespatieTwitterCourriel

Dans cette école de l'arrondissement de Saint-Michel, un élève sur deux est dans un programme de musique. Plusieurs jeunes jouent dans les ensembles de Joseph-Francois-Perrault. Depuis 35 ans, l'école offre différents programmes de musique à ses élèves.


L'École secondaire Joseph-François-Perrault a réussi un doublé en étant sélectionnée pour deux festivals menant sur la scène de Carnegie Hall. L'orchestre symphonique JFP y sera le 1er mars. L'ensemble à vent JFP, qui avait participé au Heritage Festival de Boston l'an dernier, ira à New York en avril.


Le directeur musical, Éric Levasseur, dirigera ses élèves. Ne doutant pas de leur performance, il se soucie plutôt de l'aspect financier. Les deux voyages à New York coûtent plus de 200 000 $, et la moitié de la somme n'a pas encore été amassée, malgré la participation de 500 $ demandée à chaque élève.

« On est en train de financer ce voyage, et il y en a un deuxième en avril. On a cogné à toutes sortes de portes qui restent souvent fermées. Dans une école privée, on ne serait pas en train de parler de ça. Les parents pourraient contribuer un peu plus et les fondations des collèges contribueraient plus largement. Pourtant, dans les écoles publiques, il se fait des choses extraordinaires », fait valoir Éric Levasseur.


L'école a été sélectionnée parmi d'autres ensembles américains grâce à un enregistrement envoyé aux organisateurs du Spring Instrumental Music Festival. L'orchestre JFP se mesurera à des ensembles provenant de la Pennsylvanie et de l'Alabama.


L'acoustique doit être incroyable. C'est vraiment différent d'une salle de classe comme on a tout le temps. C'est une salle tellement réputée!

Marion Portelance, 15 ans, 4e secondaire, violoncelle

« Je me souviens quand on a appris qu'on allait au Carnegie Hall. C'était au début de l'année, mais j'ai l'impression que ça fait à peine une semaine. Ça passe vraiment vite et on a hâte d'y être, », dit Marion Portelance.


J'étais à Boston l'an dernier avec l'orchestre à vents, mais Carnegie Hall, c'est la salle la plus prestigieuse que je connaisse! Moi, j'y vais surtout pour qu'on se fasse connaître et dire : "Hé, nous, on est du Québec!"

Victor Wongseen-Bage, 16 ans, 5e secondaire, trompette

« Notre programme est en fonction de nos forces : on est très latin, contrairement aux autres ensembles américains que j'ai croisés. On joue avec de l'émotion, avec notre coeur », admet Victor Wongseen-Bage.


C'est vraiment une expérience inoubliable! Ce sera la seule fois de toute ma vie où je jouerai au Carnegie Hall, même si je continue en musique. C'est vraiment une chance incroyable!

Romane Langevin, 16 ans, 5e secondaire, violon

« Chaque année, il y a des personnes qui quittent l'orchestre en terminant leur secondaire, on doit réapprendre à jouer avec les nouveaux qui arrivent. À ce stade-ci de l'année, on se connaît bien. On forme vraiment une équipe unie, et je dirais que ça va bien aller », explique Romane Langevin.


 Le chef Éric Levasseur estime que ses élèves sont prêts à faire front et à avoir du plaisir aussi. « On ne connaît pas l'acoustique de la salle, et c'est sûr qu'ils sont fébriles, mais ils sont prêts mentalement et physiquement. On se prépare depuis assez longtemps. »


Au programme dimanche : l'ouverture académique de Brahms, le premier mouvement de la 8e symphonie de Dvorak et La Boda de Luis Alonso de Geronimo Gimenez.


L'École secondaire Joseph-François-Perrault espère la construction d'une salle de spectacle depuis des années. En attendant, ses élèves auront droit à toute une expérience acoustique à New York.


Le « rap », un classique pour se détendre. « On connaît nos partitions. Il reste juste à se calmer et jouer tous ensemble », conclut un élève.


D'autres personnes qui soutiennent les élèves et travaillent dans l'ombre : Lou Arteau, directrice de tournée, Nathalie Beaulieu, directrice adjointe vie musicale, Éric Dionne, directeur de l'École Joseph-Francois-Perrault et Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM.

Société