•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Mosaïcultures dans la région pour le 150e de la Confédération?

Sculpture des Mosaicultures du Jardin botannique de Montréal

Sculpture des Mosaicultures du Jardin botannique de Montréal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les amateurs d'horticulture et de sculpture végétale pourraient s'en mettre plein la vue dans la région lors des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération.

La Ville de Gatineau et la Commission de la capitale nationale (CCN) sont en pourparlers avec les Mosaïcultures internationales pour accueillir l'événement entre juin et octobre 2017. L'exposition serait présentée au parc Jacques-Cartier et à la pointe Nepean.

Si les trois partenaires se montrent enthousiastes, rien n'est encore confirmé. Une étude de faisabilité doit être complétée d'ici le mois d'avril et une décision devrait être prise d'ici la fin de l'été.

« L'avant-projet va permettre de préciser le montage financier, les aménagements requis, les œuvres, tous les paramètres pour le projet », explique la directrice générale des Mosaïcultures internationales, Lise Cormier.

Cet avant-projet de 350 000 $ est financé à parts égales par l'organisation de Mme Cormier et Développement économique - CLD Gatineau.

Des sculptures inspirées par l'histoire canadienne

Si l'événement va de l'avant, les visiteurs peuvent s'attendre à voir des sculptures végétales inspirées par le 150e anniversaire de la Confédération.

Les œuvres que nous voulons réaliser doivent refléter le développement du Canada.

Une citation de :Lise Cormier, directrice générale des Mosaïcultures

Mme Cormier se dit convaincue que le « produit sera assez fort pour générer de l'attraction » et inciter les nombreux touristes qui visitent Ottawa chaque année à traverser la rivière des Outaouais pour se rendre au parc Jacques-Cartier.

Des retombées potentielles importantes

L'étendue exacte des retombées économiques sera déterminée par l'étude de faisabilité. Mais déjà, le maire de Gatineau se réjouit de l'argent frais que pourrait apporter la venue des Mosaïcultures à Gatineau.

« Je pense que ce sont des retombées économiques qui sont assez extraordinaires, puis [il y aura] des retombées en visibilité pour Gatineau, autant dans le reste du Québec, au Canada, que, carrément, dans le monde », dit Maxime Pedneaud-Jobin.

La Ville de Gatineau pourrait investir jusqu'à deux millions de dollars dans l'événement, mais sa contribution reste à confirmer.

Si on n'investit pas un peu, on n'aura pas de retombées.

Une citation de :Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Advenant la tenue des Mosaïcultures au parc Jacques-Cartier, d'autres événements, comme les Grands feux, devront être déménagés sur un autre site.

Quant à une éventuelle participation de la Ville d'Ottawa, des démarches ont été lancées, affirme Lise Cormier. « On espère qu'ils vont appuyer le projet », ajoute-t-elle.

« Gatineau attire quelque chose pour 2017 et nous sommes en train d'attirer d'autres grandes choses », note de son côté le maire Jim Watson.

Avec les informations du journaliste Michel-Denis Potvin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !