•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendie mortel dans une réserve : Perry Bellegarde rencontrera le ministre Valcourt

Perry Bellegarde, chef de l'Assemblée des premières nations, explique que la loi antitabac ne s'applique pas dans les réserves autochtones.

Perry Bellegarde, chef de l'Assemblée des premières nations, explique que la loi antitabac ne s'applique pas dans les réserves autochtones.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre des Affaires autochtones Bernard Valcourt rencontrera le chef national de l'Assemblée des Premières Nations (APN, Perry Bellegarde pour discuter du feu qui a tué deux enfants dans une réserve en Saskatchewan

Le chef autochtone avait fait parvenir une lettre au ministre dans laquelle il indiquait « la situation a atteint un niveau de crise et le gouvernement du Canada fournit des fonds insuffisants aux Premières Nations pour offrir un environnement sécuritaire à leurs membres. » Perry Bellegarde y décrivait le feu survenu dans la communauté autochtone de Makwa Sahgaiehcan comme une tragédie.

« Il est tout aussi tragique qu'il ne s'agit pas d'un incident isolé. »

— Une citation de  Perry Bellegarde, chef national de l'Assemblée des Premières Nations

Les communautés doivent être prêtes à combattre des incendies, selon le protecteur des enfants

Le protecteur des enfants de la Saskatchewan, Bob Pringle, qui a aussi reçu une copie de la lettre du chef Bellegarde, souligne que cet incendie porte à 9 le nombre d'enfants décédés dans des incendies dans des réserves au cours des 18 derniers mois.

M. Pringle soutient que les communautés ont la responsabilité d'être prêtes à faire face à un incendie. Cet avis est partagé par le premier ministre Brad Wall qui a martelé en point de presse que la responsabilité en matière de prévention revenait aux communautés autochtones.

Financement remis en cause par le Perry Bellegarde

Le chef national de l'APN insiste sur le fait que cette tragédie devrait être l'occasion de mettre fin au plafond de 2 % d'augmentation annuelle du financement des Premières Nations. Cette politique a été instaurée en 1996 par le gouvernement canadien.

« Notre peuple a assez souffert. Nous devons nous pencher sur la sécurité de notre peuple et de nos communautés et nous devons entamer des discussions pour trouver une nouvelle relation fiscale. »

— Une citation de  Perry Bellegarde, chef national de l'Assemblée des Premières Nations

Financement fédéral pour la sécurité incendie

Le camion de pompier de la réserve autochtone Sahgaiehcan ne fonctionne pas selon le chef Richard Ben.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le camion de pompier de la Première Nation Sahgaiehcan ne fonctionne pas selon le chef Richard Ben.

Photo : Madeline Kotzer/CBC

Le gouvernement fédéral affirme avoir donné 33 999 $ à la réserve indienne Makwa Sahgaiehcan pour l'entretien et la maintenance d'un service de protection des incendies pour l'année 2014-2015. Le chef de la communauté autochtone, Richard Ben, n'a pas pu préciser de quelle façon l'argent avait été utilisé et a indiqué que les questions devaient être dirigées vers son directeur des finances. Celui-ci est en congé et n'a pas pu répondre à aucune question.

Richard Ben a toutefois indiqué que la caserne et le camion de pompiers n'étaient pas fonctionnels actuellement. Un porte-parole du gouvernement fédéral affirme ne pas avoir eu connaissance de ce fait.

La Première Nation Makwa Sahgaiehcan a indiqué avoir dépensé 62 352 $ en prévention des incendies au cours de l'année fiscale 2013-2014. Des questions afin de savoir comment cet argent avait été dépensé sont toutefois demeurées sans réponse.

Impossible d'établir l'origine du brasier

Une semaine après que les flammes eurent détruit la maison et fait deux victimes, la cause de l'incendie demeure indéterminée. Les enquêteurs affirment qu'il est impossible de trouver la source puisqu'il ne reste plus rien de la résidence.

Par ailleurs, les autorités ont confirmé que la maison était munie d'un détecteur de fumée au moment de l'incendie, mais ils ne savent pas si celui-ci fonctionnait normalement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !