•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Doc Mailloux souhaite reprendre sa pratique

Le psychiatre Pierre Mailloux au palais de justice de Québec.

Le psychiatre Pierre Mailloux au palais de justice de Québec.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le psychiatre Pierre Mailloux s'est adressé à la Cour d'appel à Québec, mardi, pour demander aux juges d'annuler une décision du Tribunal des professions qui l'a radié pour une période de deux ans.

Le médecin de 66 ans a été sanctionné pour avoir administré des mégadoses de médicaments à des patients atteints de schizophrénie sévère.

Pierre Mailloux a fait valoir en cour qu'après l'enquête du syndic du Collège des médecins qui a mené à sa radiation, les patients qu'ils suivaient avaient été référés à d'autres psychiatres qui ont continué à prescrire des mégadoses.

Les juges lui ont demandé si les traitements aux antipsychotiques puissants ne s'étaient pas poursuivis pour éviter que les patients ne se retrouvent en manque, comme le soutient le Collège des médecins.

Pierre MaillouxAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pierre Mailloux

Photo : ICI Radio-Canada

Pierre Mailloux rétorque que ces médicaments ne créent pas de dépendance. Le psychiatre, qui se défendait seul, se dit victime d'acharnement de la part du syndic du Collège des médecins.

« Je ne comprends pas leur démarche. Ça fait 15 ans que j'ai le syndic accroché au derrière pour toutes sortes d'affaires, les propos à la radio, les mégadoses, la facturation. J'ai l'impression que les mégadoses c'est un prétexte », a indiqué Pierre Mailloux.

Le Doc Mailloux veut continuer à pratiquer, et il affirme qu'il n'est pas prêt à prendre sa retraite.

La Cour d'appel a pris la cause en délibéré.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.