•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plainte entourant le sous-financement des journaux en milieu minoritaire

La sénatrice libérale franco-manitobaine Maria Chaput accorde une entrevue à Radio-Canada au Centre culturel franco-manitobain, dans le quartier Saint-Boniface de Winnipeg, le 17 juillet 2013.

La sénatrice libérale franco-manitobaine Maria Chaput accorde une entrevue au Centre culturel franco-manitobain (CCFM), à Winnipeg, le 17 juillet 2013.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La sénatrice manitobaine Maria Chaput se porte à la défense des journaux en milieu minoritaire en déposant une plainte auprès du Commissaire aux langues officielles concernant leur sous-financement.

Dans sa plainte déposée mardi, elle explique que le Fonds du Canada pour les périodiques géré par Patrimoine canadien ne répond pas aux besoins des journaux en milieu minoritaire. Elle cite en exemple la situation de l'hebdomadaire francophone du Manitoba La Liberté.

« Ce fonds qui appuie les périodiques pénalise entre autres La Liberté  », dit-elle. « Il pénalise le journal de façon drastique parce qu'avec les années, la somme d'argent [du gouvernement fédéral] a diminué. »

En vertu des critères du Fonds du Canada pour les périodiques, les journaux reçoivent une subvention de Patrimoine canadien proportionnellement à leur tirage.

Selon Mme Chaput, cette mesure positive est mal adaptée aux publications de langues officielles en milieu minoritaire et contrevient du même coup à la Partie VII de la Loi sur les langues officielles.

« La Partie VII de la Loi sur les langues officielles dit que le gouvernement fédéral a l'obligation de considérer des mesures positives à l'égard de son appui aux communautés de langues officielles en milieu minoritaire », dit-elle.

« Lorsqu'on parle d'une mesure positive, le fédéral doit prendre en considération les réalités particulières et trouver des méthodes créatives ou différentes pour répondre à leurs besoins quand il s'agit du développement et de l'épanouissement de la communauté. »

— Une citation de  Maria Chaput, sénatrice du Manitoba

La sénatrice manitobaine ajoute que le gouvernement fédéral manque à ses obligations.

Maria Chaput a déjà interpellé en 2013 la ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, Shelly Glover, au sujet du financement des journaux en milieu minoritaire. Elle en a également discuté à la Chambre haute et plusieurs autres sénateurs se sont exprimés sur les défis de leurs propres journaux locaux. Les interventions sont tombées dans l'oreille d'un sourd, selon Mme Chaput.

« Le gouvernement n'a rien changé », déplore la sénatrice. « Il s'agit du non-respect de nos droits et cette plainte s'avère nécessaire. »

Le Commissariat aux langues officielles ouvrira une enquête pour déterminer le bien-fondé de la plainte de Maria Chaput.

La sénatrice du Manitoba, Maria Chaput, se porte à la défense des journaux en milieu minoritaire en déposant une plainte auprès du Commissaire aux langues officielles concernant leur sous-financement.

Cliquez ici pour visionner sur mobile la vidéo de l'entrevue avec le président de l'hebdomadaire francophone La Liberté, Marc Marion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !