•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants perturbent une rencontre à Alma

Manifestation contre l'austérité et la réforme de la santé devant l'hôpital de Chicoutimi

Manifestation contre l'austérité et la réforme de la santé devant l'hôpital de Chicoutimi

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Près d'une centaine d'opposants aux mesures d'austérité du gouvernement Couillard ont lancé leur semaine de perturbation en empêchant la tenue d'une rencontre d'employés du réseau de la santé au centre de réadaptation en déficience intellectuelle, à Alma.

La manifestation organisée par la Confédération des syndicats nationaux (CSN) avait pour but d'empêcher les directeurs généraux d'établissements de santé et les cadres supérieurs de l'Agence de la santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean de tenir une rencontre de discussion devant porter, entre autres, sur certains aspects de la réforme Barrette.

Le président du Conseil central de la CSN du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Engelbert Cottenoir, indique que les dirigeants régionaux du réseau étaient la cible de cette démonstration en raison de leur silence.

« C'était les mieux placés pour savoir ce qui se passait exactement dans le système de santé, mais ils n'ont pas vraiment fait quelque chose pour empêcher ça, pour se battre, pour se dresser », déplore-t-il.

À l'Association des directeurs généraux des services de santé et des services sociaux du Québec, on s'étonne du choix de la CSN pour une de ses premières manifestations de la semaine d'actions dérangeantes.

Le président-directeur général de l'association, André Côté, rappelle qu'ils ont tous reçu leur avis de licenciement pour le 31 mars.

« Ça nous surprend quand même un peu, dit-il. Comme ils ne sont pas la source de cette décision-là et qu'ils vont être les premiers à en subir les conséquences, c'est quand même un petit peu paradoxal qu'on s'adresse à eux pour manifester son mécontentement. »

L'agence de la santé, qui organisait la rencontre, assure que les discussions ont quand même eu lieu, mais par conférence téléphonique. Une douzaine de directeurs généraux et de cadres supérieurs y ont pris part.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !