•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation devant le bureau du député Luc Blanchette à Rouyn-Noranda

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un rassemblement citoyen initié par le Réseau vigilance de l'Abitibi-Témiscamingue (RVAT) s'est déroulé lundi midi à l'angle des rues Perreault et Principale, à Rouyn-Noranda, où se trouve le bureau du député Luc Blanchette.

Un rassemblement citoyen initié par le Réseau vigilance de l'Abitibi-Témiscamingue (RVAT) s'est déroulé lundi midi à l'angle des rues Perreault et Principale, à Rouyn-Noranda, où se trouve le bureau du député Luc Blanchette.

Plus de 200 manifestants issus d'organismes communautaires, des milieux de l'enseignement et de la santé, ainsi que des représentants syndicaux, étaient présents. Au moins quatre véhicules de la Sûreté du Québec se sont rendus sur place afin d'encadrer le déroulement de la manifestation. La circulation a été perturbée durant quelques minutes.

Le porte-parole du Réseau vigilance de l'Abitibi-Témiscamingue, Danik Laporte, affirme que le ministre Blanchette a refusé de rencontrer l'organisme au sein duquel il milite.

Ce gouvernement-là se dit transparent, il dit qu'il est à l'écoute de la population. Depuis 12 ans d'existence du réseau de vigilance, c'est la première fois qu'un ministre régional ne rencontre pas le réseau. Donc c'est pour ça qu'on fait, aujourd'hui, le procès du ministre Blanchette, le ministre de notre région, qui ne défend pas, à notre avis, nos intérêts, et du gouvernement libéral. On fait le procès aux mesures d'austérité parce que les gens ne se sentent pas entendus. On nous méprise, on nous banalise dans la rue, mais ça va continuer, ça va s'amplifier ce mouvement-là et il y aura un printemps vraiment très chaud.

Une citation de :Danik Laporte

Il s'agit de la première action planifiée par l'organisme dans le cadre de sa semaine de mobilisation visant à « faire le procès aux mesures d'austérité du Parti libéral », a fait savoir le RVAT par voie de communiqué.

Voici l'entrevue complète avec Danik Laporte.

Réaction du député Blanchette

Luc Blanchette a réagi à cette manifestation en assurant que manifester est un droit qu'il respecte. Il a dit respecter l'opinion de chacun des « groupes ». Lorsqu'interrogé à savoir pourquoi les gens avaient la perception que le député n'est pas à l'écoute de la population, M. Blanchette a soutenu qu'il ne peut rencontrer toutes les organisations communautaires en même temps.

Les perceptions, si vous remarquez, c'est souvent les mêmes personnes. Si vous ajoutez à ça, notamment, les enseignants, ce n'est pas dans la rue nécessairement que les négociations de conventions collectives vont se faire. Les négociations de conventions collectives sont en cours. Il y a des gens qui sont nommés, les négociateurs en chefs, autant employeur pour la part syndicale. Ils vont faire leurs devoirs ensemble, mais pas dans la rue. Donc, ça me donnerait quoi, moi, d'aller écouter toutes leurs revendications? Je peux le faire, je peux les recevoir, ils peuvent me faire toutes leurs représentations. Vous me dites que je ne les rencontre pas? Je les rencontre et vous me critiquez que je les rencontre eux [sic], mais pas les gens dans la rue. Il faut juste regarder quelle est la façon la plus constructive pour arriver à de bonnes conclusions. Moi, j'aime beaucoup ma formule qui est de rencontrer les organismes individuellement et, là, prendre le temps de faire le tour de la question.

Une citation de :Luc Blanchette

Voici l'entrevue complète accordée par Luc Blanchette à l'émission Le Radio magazine.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !