•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La médecine en Saskatchewan révolutionnée par les robots

Grâce à ce robot, la Dre Tanya Holt peut diagnostiquer ce jeune enfant d'une communauté autochtone située à environ six heures au nord de Saskatoon.

Grâce à ce robot, la Dre Tanya Holt peut diagnostiquer ce jeune enfant d'une communauté autochtone située à environ six heures au nord de Saskatoon.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Saskatchewan, avec ses cinq robots et six appareils portables « docteur en boîte » est la province avec le plus de technologie médicale du genre au pays. L'expansion de l'utilisation de ces technologies de diagnostic et de traitement à distance est grandement encouragée par un neurochirurgien de Saskatoon, Dr Ivar Mendez.

Grâce aux appareils, un médecin peut communiquer avec un patient grâce à un téléphone intelligent et une connexion téléphonique régulière. Contrairement aux initiatives de télésanté qui permettent uniquement au médecin de voir et de communiquer avec le patient, cette technologie permet au médecin aidé d'une personne sur place d'obtenir directement les informations recueillies par des instruments médicaux comme des stéthoscopes, des électrocardiogrammes et des ultrasons.

« Cela va révolutionner la manière dont nous prodiguons des soins non seulement au Canada, mais partout dans le monde. » affirme Dr. Mendez.

Ivar Mendez a commencé à utiliser des robots en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve et Labrador avant de développer leur utilisation en Saskatchewan depuis son arrivée à l'Université de la Saskatchewan en 2013. Ceux-ci ont déjà commencé à changer le système de santé de cinq façons.

1. Un robot dans une réserve

Un robot nommé Rosie se trouve dans la réserve autochtone Pelican Narrow située à six heures au nord de Saskatoon. Grâce à ce robot, la Dre Tanya Holt peut examiner un enfant de 11 mois gravement malade et éviter que celui-ci ne doive se déplacer en ambulance ou par les airs. Les patients de la communauté doivent faire des milliers de ces déplacements très coûteux et financés par l'état chaque année.

L'an dernier, 750 évacuations d'urgence ont été effectuées et 5000 patients ont été transférés pour des traitements de dialyse ou pour des tests. Selon le Dr Mendez, un projet similaire dans un village inuit en 2010 avait permis de réduire de 60 % le nombre d'évacuations médicales. Le gouvernement provincial a donné 250 000 $ pour financer ce projet en partenariat avec la Nation Crie Peter Ballantyne.

2. Un « docteur en boîte » dans l'ambulance

Le nouveau système surnommé « docteur en boîte » est utilisé dans les ambulances pour accélérer le diagnostic et la prise en charge des patients. Une vingtaine de professionnels de la santé de l'Hôpital royal universitaire de Saskatoon ont été formés pour utiliser cet outil durant le transport des patients. Grâce à la technologie, un docteur peut savoir ce qui se passe dans l'ambulance, voir le patient et même effectuer un ultrason du patient avant que celui-ci n'arrive à l'hôpital.

3. Des visites à domicile pour ceux atteints du VIH

Le « docteur en boîte » permet aussi d'effectuer des visites à domicile plus efficaces pour les médecins. Ainsi, une seule infirmière de North Battleford en Saskatchewan peut visiter des patients atteints du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) ou mettre en place une clinique malgré l'absence physique du médecin. Les patients peuvent ainsi discuter avec un spécialiste des maladies infectieuses de Regina, le Dr Stuart Skinner, qui peut effectuer des tests afin d'établir un diagnostic.

« Si une révision de la médication ou un examen de routine suffit, nous pouvons faire cela à distance au lieu d'obliger le patient à faire plusieurs heures de déplacement pour une visite de 10 ou 15 minutes. », ajoute le Dr. Skinner.

4. Faire le tour des patients...même durant un congrès

Lors que le Dr Mendez voyage pour participer à un congrès ou pour toute autre raison, il peut toujours faire le tour de ses patients afin de surveiller leur état grâce à l'un des robots situés à l'Hôpital royal universitaire. Il peut même superviser une chirurgie en ayant recours à cette technologie.

Deux de ces robots se trouvent à l'Hôpital royal universitaire et un autre se trouve à l'Hôpital général de Regina. Ils peuvent eux aussi être contrôlés par téléphone intelligent et permettent à un utilisateur d'effectuer des tests sur les patients avec l'aide d'un autre employé de l'hôpital.

5. Des diagnostics à travers le monde

Cela lui a permis de diagnostiquer une maladie rare chez un jeune homme vivant dans un village isolé de la Cordillère des Andes. Celui-ci était ostracisé de son village puisque sa peau avait l'apparence d'écailles de poisson. Le médecin de la Saskatchewan lui a envoyé une crème médicale qui a grandement amélioré son état.

Ivar Mendez mène aussi un projet qui offre des examens prénataux et des ultrasons aux femmes de la région.

Le Dr Mendez pratique non seulement la médecine en Saskatchewan, mais aussi dans son pays natal, en Bolivie. Il y pratique la médecine humanitaire entre autres grâce au « docteur en boîte ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !