•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Winnipégois réclament une commission scolaire autochtone

Une classe d'école à Uashat-Maliotenam

Une classe d'école à Uashat-Maliotenam

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un groupe de citoyens demande la création d'une division scolaire autochtone à Winnipeg qui mettrait l'accent sur les langues, les traditions et les cultures indigènes tout en offrant le même programme scolaire que les autres écoles de la province.

Le groupe a identifié 29 écoles qui pourraient se retrouver dans cette nouvelle division. Elles seraient ouvertes à tous les enfants de la ville.

La division scolaire de Winnipeg compte déjà deux écoles qui mettent l'accent sur la culture autochtone : l'école primaire Niji Mahkwa et l'école secondaire Children of the Earth. Mais selon un des citoyens qui revendiquent une division scolaire autochtone, Bill Sanderson, c'est nettement insuffisant pour une ville qui recense la plus importante population autochtone du pays.

Il dénonce également la discrimination à laquelle font face les jeunes Autochtones au sein des divisions actuelles. Il cite l'exemple d'un enseignant d'une école secondaire qui est en congé sans solde après avoir tenu des propos controversés au sujet des Autochtones sur Facebook.

L'auteure Patricia Ningewance affirme qu'une division scolaire autochtone permettra aux langues autochtones d'être transmises d'une génération à une autre.

Une rencontre publique portant sur le projet se tiendra le 24 février, à 19 h, au Winnipeg Indian & Métis Friendship Centre.

Entrevue réalisée par Bouchra Ouatik avec l'instigateur du projet, Bill Sanderson

Cliquez ici pour visionner sur mobile la vidéo de l'entrevue avec l'instigateur du projet, Bill Sanderson, réalisée par Bouchra Ouatik.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !