•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sécurité accrue au West Edmonton Mall à la suite de menaces

West Edmonton Mall

L'Europa boulevard du West Edmonton Mall

Photo : La Presse canadienne / CP - Jordan Verlage

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le centre commercial West Edmonton Mall a renforcé ses mesures de sécurité à la suite d'une vidéo qui appelle à commettre des attentats contre de tels établissements.

Le groupe islamiste radical somalien Al-Shabab a publié une vidéo dans laquelle il encourage les « moudjahidines de l'Occident » à cibler des centres commerciaux à travers le monde. Il cite notamment le West Edmonton Mall et le Mall of America, les deux plus grands centres commerciaux en Amérique du Nord.

Aucune preuve de menace imminente

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dans une vidéo, un homme masqué encourage les moudjahidines de l'Occident à cibler les deux plus grandes centres commerciaux en Amérique du Nord.

Photo : YouTube

La direction du West Edmonton Mall et la Gendarmerie royale du Canada ont affirmé être au courant de la vidéo, dont l'authenticité reste à prouver. Le centre commercial albertain a pris des « précautions supplémentaires », certaines visibles, d'autres non.

La GRC dit prendre la menace au sérieux, mais souligne toutefois qu'il « n'y a aucune preuve de menace précise ou imminente pour des Canadiens pour l'instant. » Quant à la police d'Edmonton, elle indique que son service, la GRC et « d'autres agences du maintien de l'ordre » mènent leur enquête. 

La police d'Edmonton appelle cependant les citoyens à être vigilants pour repérer tout individu ou indice suspect.   

Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Steven Blaney, a déclaré que le Canada ne se laissera pas intimider par quelqu'organisation terroriste que ce soit. « Nos agences de sécurité nationale surveillent continuellement les menaces contre le Canada et ses citoyens et prendront les mesures appropriées pour assurer la sécurité des Albertains et de tous les Canadiens », a-t-il ajouté.

Aux États-Unis, le ministre américain de la Sécurité intérieure, Jeh Johnson, a déclaré qu'il fallait prendre au sérieux toute menace provenant d'un groupe terroriste. Il conseille aux gens qui se rendent au Mall of America, situé dans la banlieue de Minneapolis-Saint Paul, dans le Minnesota, de faire particulièrement attention.

Une menace qu'on peut contrer

Selon Stéphane Leman-Langlois, professeur à l'Université Laval et directeur de l'Équipe de recherche sur le terrorisme et l'antiterrorisme, la vidéo d'Al-Shabab constitue un élément récurrent de la stratégie des groupes terroristes.

« Ça fait partie du genre de discours que l'on reçoit à tous les quatre, cinq ou six mois, où on nomme le Canada, où on dit : "On va faire telle chose, on va attaquer des gens dans la rue, on va attaquer un mail commercial" et on fait une liste des endroits que l'on pourrait attaquer [...]. Ça ne veut pas dire que c'est impossible [...]. Cela dit, au niveau opérationnel, est-ce qu'on a nommé quelque chose de particulier? Non, pas du tout. »

Pour Alain Rodier, ancien officier des services de renseignements français, en menaçant des cibles occidentales, Al-Shabab cherche la publicité.

« Il y a une compétition à l'évidence entre Al-Qaïda et le groupe armé État islamique. [...] En appelant aux bonnes volontés situées en Occident pour mener la terreur, Al-Shabab est nouveau dans cette compétition. [...] C'est un petit peu une guerre d'influence qui se joue entre ces trois grands pions du salafisme djihadiste. »

— Une citation de  Alain Rodier

M. Rodier ne minimise toutefois pas la menace que font planer ces groupes extrémistes sur la sécurité de ceux qu'ils considèrent comme leurs adversaires.

Il pense cependant que « de petites solutions mises bout à bout pourraient arriver à contrer le phénomène ».

Les pays musulmans devraient d'abord augmenter leur participation à cette lutte, pense-t-il, entre autres en ce qui a trait à leur discours, ce qui est d'ailleurs une demande du président des États-Unis, Barack Obama lui-même.

« Le phénomène se passe d'abord au niveau des esprits avant d'être sur le terrain. »

— Une citation de  Alain Rodier

Les pays occidentaux pourraient quant à eux, indique Alain Rodier, appuyer ces pays quand une demande leur est faite en ce sens.

Finalement, il plaide pour des « mesures de prévention passives », en Europe et en Amérique du Nord, comme la mise en place d'une surveillance policière accrue dans les endroits ou événements jugés à risque d'être attaqués par les groupes terroristes. Il donne l'exemple des attentats de Copenhague, survenus la semaine dernière, où les policiers qui montaient la garde ont permis, dit-il, d'éviter qu'il y ait plus de morts.

Al-Shabab

Le groupe Al-Shabab, dont le nom signifie « la jeunesse », veut imposer en Somalie un État islamique basé sur la charia. Il est affilié à Al-Qaïda, avec qui il partage les ambitions d'un djihad global et les méthodes brutales.

Actifs depuis 2006 en Somalie, les Shabab commettent aussi des attaques au Kenya depuis 2011. C'est notamment eux qui avaient ouvert le feu sur la foule en septembre 2013 dans le centre commercial Westgate, à Nairobi.

Al-Shabab est reconnu comme un groupe terroriste par le gouvernement canadien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !