•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La production du pétrole en hausse malgré les prix à la baisse

Des puits de pétrole en Alberta

Photo : La Presse canadienne / Larry MacDougal

Radio-Canada

Depuis quelques mois, la chute du prix du pétrole est un sujet qui revient fréquemment dans les conversations en Alberta. Si le climat économique n'est plus ce qu'il était dans la province, les grandes entreprises qui exploitent les sables bitumineux continuent d'augmenter leur production.

Un texte de Raphaël Bouvier-AuclairTwitterCourriel

À Calgary, l'analyste de la firme Turnstone Strategy, Gil Lawson, est convaincu que la grande offre à l'échelle internationale forcera les pétrolières à réduire la vitesse. « Tant qu'il n'y aura pas une réduction de la production, les prix du pétrole continueront de descendre », avertit-il.

Certains géants énergétiques canadiens ont annoncé des réductions de leurs investissements ou encore de leur main-d'oeuvre pour répondre au contexte économique.

Au moment de sa mise à jour de janvier, l'Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) prévoyait une réduction de la croissance de production pour les prochaines années.

Pour visualiser à l'aide d'un appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Mais il y aura tout de même croissance de la production dans l'Ouest du pays pour au moins deux ans.

L'Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) s'attend à ce que 3,6 millions de barils soient produits dans l'Ouest canadien en 2015, soit environ 150 000 de plus qu'en 2014.

Le vice-président de l'Association canadienne des producteurs pétroliers, Greg Stringham

Le vice-président de l'Association canadienne des producteurs pétroliers, Greg Stringham

Photo : Raphael Bouvier-Auclair

Le vice-président de l'ACPP Greg Stringham explique que les pétrolières « prennent en considération les investissements qui sont déjà en place ».

L'année dernière seulement, 33 milliards de dollars ont été injectés dans le secteur de sables bitumineux.

« C'est difficile pour eux d'arrêter, avance le conseiller en placement à la Financière Banque Nationale, Bruno Mercier. Il y a de l'argent qui a été investi. Si on a commencé à creuser quelque chose dépendamment d'où on est dans le processus, on ne veut pas arrêter » dit-il.

Selon lui, la réaction des grands groupes pétroliers est tout à fait normale. Il estime que de nombreux Albertains, s'ils faisaient face à des difficultés économiques similaires, auraient des réflexes semblables.

« [Les exploitations de sables bitumineux], ce sont des projets de trente ans. Quand on achète notre maison, on ne l'achète pas en se disant "je peux seulement me la permettre pour un an". Même si on passe un mauvais moment, on va essayer de la garder aussi longtemps qu'on peut. On a un certain optimisme. »

Économie