•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yémen : l'ancien président Hadi s'échappe de sa résidence

Manifestation hostile aux rebelles houthis, à Sanaa, au Yémen.

Manifestation hostile aux rebelles houthis, à Sanaa, au Yémen.

Photo : Stringer / Reuters

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que les manifestations hostiles aux rebelles houthis se poursuivent au Yémen, l'ancien président Abd-Rabbou Mansour Hadi s'est échappé samedi de sa résidence officielle de la capitale, Sanaa, dans laquelle il était maintenu aux arrêts depuis janvier par les miliciens houthis.

Il aurait rejoint Aden, sa ville d'origine et devait prononcer un discours dans la journée sur une chaîne de télévision d'Aden, ont précisé des sources dans son entourage.

Les houthis, visiblement surpris par sa fuite, ont convoqué une réunion d'urgence du Conseil des ministres au palais présidentiel, ont annoncé les services du gouvernement.

Abd-Rabbou Mansour Hadi a annoncé le mois dernier sa démission pour protester contre la prise du palais présidentiel et de sa résidence privée par les rebelles houthis. Cette démission n'a jamais été formellement acceptée par le Parlement.

Sa fuite intervient au lendemain de l'accord conclu entre les différentes factions rivales yéménites, sous l'égide des Nations unies (ONU), pour former un « conseil populaire transitoire » chargé de sortir le pays de la crise politique.

L'ONU a démenti les déclarations de deux sources politiques haut placées selon lesquelles elle avait favorisé le transfert de l'ex-chef de l'État à Aden.

Selon un membre du bureau politique du mouvement houthi cité par un média local, Abd-Rabbou Mansour Hadi s'est déguisé pour pouvoir quitter son domicile.

L'ancien président Abd-Rabbou Mansour HadiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ancien président Abd-Rabbou Mansour Hadi

Photo : Mohamed Al-Sayaghi / Reuters

Ce responsable politique, Ali Al-Kahoum, cité par le site d'information local Al-Akhbar, a cependant déclaré que la présence ou non d'Abd-Rabbou Mansour Hadi n'avait plus aucune importance.

Selon des témoins, la résidence privée de l'ancien président à Sanaa a été pillée par des miliciens houthis après son départ. L'information a été démentie par Ali Al-Kahoum.

Manifestations à Sanaa

Les manifestations hostiles aux rebelles houthis se poursuivent à Sanaa, malgré l'accord de vendredi sur la création du « conseil populaire transitoire ».

Samedi, un manifestant a été tué tandis qu'un autre a été blessé lorsque des miliciens houthis ont ouvert le feu sur une foule réunie sur une place de la capitale yéménite.

Les pays occidentaux craignent que les troubles au Yémen favorisent la montée en puissance d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) et lui permettent de fomenter des attentats contre des cibles hors du Yémen.

Vendredi soir, un drone a détruit un véhicule dans lequel se trouvaient plusieurs membres présumés d'AQPA dans la province de Shabwah, un bastion du groupe armé dans le sud du pays, faisant au moins trois morts, a-t-on appris de sources locales.

Les États-Unis reconnaissent lancer des attaques de drone contre des cibles au Yémen.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !