•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SNC-Lavalin toujours dans la course pour le nouveau pont Champlain

futur-pont-champlain-2
Le futur Pont Champlain

Le consortium dirigé par SNC-Lavalin est toujours en lice pour la construction du nouveau pont Champlain et ce, même si cette firme fait l'objet d'une poursuite pour fraude et corruption de la part de la Gendarmerie royale du Canada.

L'entreprise demeure sur les rangs parce qu'elle n'a pas encore été reconnue coupable et que, dans la situation actuelle, elle respecte les règles d'intégrité des fournisseurs du gouvernement fédéral.

Dans une lettre envoyée en réponse aux questions de Radio-Canada, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) dit prendre « très au sérieux » la question de l'intégrité. Mais « le cadre d'intégrité de TPSGC n'est fondé que sur les condamnations et les plaidoyers de culpabilité avec absolution conditionnelle ou inconditionnelle », affirme le ministère.

C'est en avril qu'Ottawa annoncera lequel, des trois consortiums en lice, remportera ce contrat qui vaut des milliards de dollars. Les travaux doivent commencer en mai.

Une phase décisive

Le projet de construction du pont Champlain est entré dans une phase décisive. Infrastructures Canada a reçu la semaine dernière les propositions techniques des trois consortiums en lice et attend leurs propositions financières. 

Marc Brazeau, qui est le directeur général du projet de nouveau pont sur le Saint-Laurent, aura en main les propositions financières des différents consortiums le 1er avril. « On va avoir tous les détails sur les coûts et le financement du projet », dit M. Brazeau. 

Il y aura de l'action sur le chantier dès le mois de mai et des travaux majeurs auront lieu durant l'été 2015. « On n'a pas le choix si on veut respecter l'échéancier pour avoir un pont d'ici décembre 2018 », poursuit Marc Brazeau.

Des travaux de forage sont entres autres prévus afin d'installer les premier piliers du futur pont.

Et le péage?

Comme l'explique Marc Brazeau, la question du péage est un dossier séparé de celui touchant la construction du pont. Pour que cette question soit réglée, il faut au préalable que les autorités déterminent quel sera le taux de péage. Ce processus peut prendre des années. « Il reste beaucoup d'analyses à faire », de conclure M. Brazeau.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

Grand Montréal

Société