•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vrai prix du pétrole au Dakota du Nord

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'or noir transforme le Dakota du Nord. En quelques années, l'un des États américains les moins peuplés du pays est devenu son producteur de pétrole le plus important après le Texas.

Un reportage de Yanik Dumont Baron TwitterCourriel avec Frédéric Tremblay

Des milliers d'Américains ont envahi la région du Bakken, des centaines de puits ont été forés, des dizaines de nouvelles routes ont défiguré les plaines. Et c'est sans compter les déversements toxiques.

Pour bien mesurer l'ampleur de cette exploitation pétrolière, il faut prendre la route qui joint Williston à New Town. Et il faut la prendre de nuit. L'asphalte est neuf, la route, étroite et sinueuse. Il n'y a aucun lampadaire. L'oeil s'habitue à l'obscurité. Puis, on remarque des points orangés ou jaunes. Certains forment de grosses taches à l'horizon. D'autres ressemblent aux projecteurs qu'on utilise au cours des premières à Hollywood.

Mais attention, ce ne sont pas des ampoules qui éclairent la plaine; ce sont des flammes. C'est du gaz naturel qui est brûlé. Des quantités énormes de gaz. Chaque jour, on en brûle assez pour chauffer 4000 maisons canadiennes durant une année complète. C'est ce que gaspille chaque jour le Dakota du Nord. Voyez à quoi ça ressemble de nuit :

Pour voir la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Ces flammes sont omniprésentes. C'est le symbole le plus marquant du boom pétrolier, rendu possible grâce à de nouvelles techniques d'exploitation par fractionnement. Des dizaines de points jaunes et orangés éclairent un vaste espace pratiquement inhabité. Vues de l'espace, les immenses plaines du Dakota du Nord forment une tache de lumière aussi grande que le Montréal métropolitain.

PHOTO : NASA

De jour, le paysage est aussi sans égal. Des puits partout, avec leur tête en mouvement constant. Une activité industrielle qui ressemble à un ballet chorégraphié. Au quotidien, un million de barils de pétrole sont pompés de la formation Bakken. Et des centaines de poids lourds circulent entre ces puits. Il faut apporter l'équipement, l'eau pour le fractionnement, rapporter le pétrole vers les trains. C'est d'ailleurs d'ici que sont partis les wagons qui ont explosé à Lac-Mégantic.

Cette circulation cause bien sûr toutes sortes de problèmes. Les routes de l'État sont maintenant les plus dangereuses du pays. Une dame explique qu'elle ne veut plus marcher autour de son village, de crainte d'être renversée par un camion. L'État envisage de dépenser des centaines de millions de dollars pour renforcer ses routes, les élargir.

Le fractionnement produit beaucoup de déchets. Des filtres sont utilisés à chaque puits pour capter une partie des résidus qui ressortent avec les fluides de fracturation. Usés, ils sont considérés comme radioactifs. Leur entreposage est coûteux. On les abandonne parfois dans des lieux incongrus, comme des édifices vacants, près d'endroits où jouent des enfants.

Ce boom pétrolier est né de nouvelles technologies. Et il a commencé à peu près en même temps que la récession. Des milliers d'Américains se sont donc rués au Dakota du Nord. L'hébergement est loin d'être adéquat, surtout pour traverser les longs hivers. Malgré le chauffage d'appoint, de la glace peut se former à l'intérieur des maisons mobiles comme celles-ci.

Le chef de la police de New Town s'attend à ce que la population double, ou même triple, au cours de l'année. La criminalité augmente aussi. On y trouve des drogues dures, de la prostitution, des armes à feu employées de manière dangereuse. « Nous sommes une ville de 3000 habitants avec la criminalité d'une ville de 45 000 habitants, calcule le chef James Johns. C'est comme si notre territoire prenait de l'ampleur chaque jour. »

La population augmente tellement vite que les services ne suivent pas. Il y a peu de restaurants, encore moins d'établissements de qualité. Voici le meilleur restaurant de New Town. Son propriétaire est arrivé de Las Vegas l'été dernier. Il n'a pu trouver d'édifice pour ouvrir un restaurant convenable.

Le pétrole apporte bien sûr beaucoup d'argent à ceux qui possèdent des terres. L'automne dernier, la famille de Marilyn Hudson recevait environ 180 000 $ par mois en redevances. Le montant varie avec la valeur du pétrole sur les marchés. Marilyn habite dans la réserve de Fort Berthold, d'où est extrait le tiers du pétrole provenant du nord des États-Unis. Cependant, la majorité des habitants de la réserve ne reçoivent aucune redevance. Ils dépendent de leur gouvernement local.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !