ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Car2Go s’étend au centre-ville en contournant le maire Coderre

Une voiture de l'entreprise de partage de voiture Car2go photographiée à Vienne, en Autriche.

Une voiture de l'entreprise de partage de voiture Car2go photographiée à Vienne, en Autriche.

Photo : Getty/AFP/Alexander Klein

Radio-Canada

Les places de stationnement de Car2Go dans Ville-Marie se sont multipliées au cours des derniers mois, bien que le maire de l'arrondissement (et de la ville), Denis Coderre, n'ait toujours pas donné son feu vert à l'arrivée des véhicules d'autopartage en libre-service.

Une chronique de Pasquale Harrison-Julien, d'ICI Grand MontréalTwitterCourriel

L'astuce? À défaut d'obtenir un permis pour garer ses voitures sur les rues résidentielles, comme c'est le cas dans les arrondissements qui ont approuvé le projet, Car2Go loue des espaces dans des stationnements privés au centre-ville.

Une stratégie légale, mais qui laisse moins de liberté à l'usager pour cueillir ou laisser son véhicule. Malgré tout, de nouveaux espaces sont apparus de manière soutenue depuis quelques mois, comme le montre la carte ci-dessous.

Carte montrant l'emplacement des places de stationnement.

Places de stationnements de Car2Go au centre-ville de Montréal

Photo : Radio-Canada

La version originale de ce document a été modifiée. Pour des raisons techniques, la version interactive de la carte n'est plus disponible.

D'autres stationnements à venir

Car2Go est aussi en discussion pour louer des espaces supplémentaires.

On n'a pas peur de s'aliéner [l'arrondissement]. C'est comme ça dans toutes les villes, dans tous les points névralgiques où c'est déjà difficile de se stationner. On conclut des ententes avec les fournisseurs de stationnements privés.

Jeremi Lavoie, directeur Car2Go Montréal

Un procédé que le constructeur automobile allemand Daimler, propriétaire de Car2Go, utilise dans plusieurs villes du monde où il est installé. Car2Go a toujours espoir que l'arrondissement de Ville-Marie approuve l'implantation des véhicules en libre-service sur son territoire, comme le recommandait la Commission sur les transports et les travaux publics en novembre dernier. Mais on s'explique mal le retard dans la prise d'une décision formelle.

« Depuis le début, le maire Coderre dit qu'il n'est pas contre, qu'il n'est simplement pas convaincu. C'est pour ça qu'il a mandaté la commission des transports pour étudier la question. [À] la commission, les résultats étaient clairs comme de l'eau de roche. C'est bon pour Montréal, c'est complémentaire au réseau de transport », explique Jeremi Lavoie.

Au bureau de Denis Coderre, on ne veut pas commenter la présence de Car2Go dans des stationnements privés du centre-ville. Quant à l'expansion du service de voitures en libre-service, le maire est toujours en mode réflexion et consultation. Une annonce devrait être faite « prochainement ».

Les véhicules d'autopartage en libre-service, c'est quoi?

Ce sont des véhicules pouvant être loués sans réservation par les abonnés. La tarification de base est à la minute, mais des tarifs à l'heure et à la journée existent aussi. Les usagers sont autorisés à conserver les voitures aussi longtemps qu'ils le désirent et ils ne sont pas tenus de les garer aux endroits où ils les ont empruntées initialement.

À Montréal, deux services se partagent le marché : Communauto (avec son service Auto-mobile) et Car2Go.

Ils peuvent, théoriquement, seulement se départir du véhicule dans les arrondissements qui ont approuvé leur présence, soit Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Rosemont-La Petite-Patrie, Le Plateau-Mont-Royal, Le Sud-Ouest et Verdun (seulement Auto-mobile). Le service devrait arriver « imminemment » à Hochelaga-Maisonneuve, selon le bureau du maire d'arrondissement, Réal Ménard.

Communauto préfère attendre

De son côté, Communauto, la seule autre compagnie qui offre le même service que Car2Go sous le nom « Auto-mobile », va plutôt attendre avant de s'installer dans Ville-Marie.

Ville-Marie, c'est aussi là où il y a déjà la plus grande offre de transport à Montréal. L'approche qu'on a, c'est d'être à l'écoute de ce que la Ville souhaite faire. On va laisser l'arrondissement décider quand il est prêt plutôt que de forcer notre présence.

Marco Viviani, directeur, développement et relations publiques

Ce qui n'empêchera pas la compagnie québécoise de presque doubler sa flotte de véhicules dédiée au service sans réservation, même si ce secteur d'activité représente pour l'instant moins de 5 % des revenus de Communauto, qui se spécialise depuis 1994 dans l'autopartage avec réservation.

Pour voir le graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Un défi hivernal

Implanté depuis novembre 2013, Car2Go dit avoir encore beaucoup à apprendre sur l'hiver montréalais. En raison des précipitations importantes de neige, des troupes ont été ajoutées pour aider à déneiger la flotte de voitures. Montréal est de loin la ville desservie par l'entreprise qui reçoit le plus de neige, devant Minneapolis et Denver.

Plusieurs usagers se sont aussi plaints sur les médias sociaux de l'impact du froid sur les voitures. Par exemple : la boîte de transmission qui bloque.

Jeremi Lavoie dit que le problème a été identifié et qu'une équipe peut régler le problème mécanique sur la voiture lorsqu'il leur est signalé.

Société