•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Oscars 2015 ne remporteront pas le prix de la diversité

L'actrice Lupita Nyong'o

L'actrice Lupita Nyong'o

Photo : John Shearer

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'an dernier, lorsque Lupita Nyong'o a remporté l'Oscar de la meilleure actrice de soutien, elle a prononcé un discours intitulé « Beauté noire ». Un scénario qu'on ne verra pas cette année.

Lupita Nyong'o a raconté qu'elle avait reçu une lettre d'une fille qui était sur le point de s'éclaircir la peau avant que le succès de la comédienne n'éclate. Celle-ci s'est reconnue dans cette lettre, en racontant qu'elle ne se trouvait pas belle à une certaine époque de sa vie.

« Lorsque j'allumais la télévision, je ne voyais que des peaux pâles », avait-elle expliqué.

Suivez Tanya aux Oscars

L'actrice de 31 ans est née au Mexique de parents kényans, mais elle a été élevée en grande partie dans leur pays.

Un tel scénario ne se répétera pas cette année à la cérémonie des Oscars puisque tous les acteurs en nomination sont blancs. La réalisatrice et le comédien principal du film Selma, Ava DuVernay et David Oyelowo, ne sont pas en nomination. Leur absence est décriée par certains, qui envisagent même de boycotter la cérémonie des Oscars.

Le film Selma, d'Ava DuVernayAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le film Selma, d'Ava DuVernay

Photo : AP Photo/Paramount Pictures, Atsushi Nishijima

Spike Lee s'exprime

Au cours de l'histoire des Oscars, le manque de représentation de la diversité ethnique a tourmenté l'Académie des arts et sciences du cinéma.

Selon le cinéaste afro-américain Spike Lee, qui connaît bien cette situation, « la même discussion revient tous les 10 ans ».

Darnell Hunt, un chercheur au Ralph J. Bunche Center for african american studies à UCLA, n'est pas surpris par l'absence de diversité aux Oscars.

Spike Lee.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Spike Lee.

Photo : Robyn Beck/AFP/Getty Images

« Cela est un reflet plus ou moins fidèle de la façon dont l'industrie est structurée et de la composition des membres de l'Académie. »

— Une citation de  Darnell Hunt

Des progrès graduels mais insuffisants

Un sondage de l'Associated Press révèle que les votes de l'Académie représentant la diversité ethnique américaine depuis 1929 sont graduels, mais loin d'égaler la diversité croissante du public américain.

En 87 ans, 15 acteurs noirs, 4 acteurs latino-américains et 3 acteurs asiatiques ont remporté un Oscar. Dans les autres catégories, comme le meilleur réalisateur, une seule femme (Kathryn Bigelow) a gagné.

En réalité, le nombre d'acteurs non blancs en nomination pour le meilleur acteur et la meilleure actrice a presque doublé depuis les deux dernières décennies. Mais ces nominations, qui représentent 9,4 % des acteurs non blancs au cours de l'histoire des Oscars, sont près de quatre fois moins élevées que le pourcentage de la population non blanche.

Une Académie blanche

En 2012, une enquête du Los Angeles Times a révélé que les quelques 6000 membres de l'Académie des arts et sciences du cinéma était composée à 94 % de Blancs et à 77 % d'hommes.

Depuis qu'elle est devenue présidente de l'Académie, Cheryl Boone Isaacs a effectué des changements afin de diversifier les rangs de l'organisation. Ces changements sont lents à instaurer, puisqu'un membre de l'Académie est nommé à vie.

Cheryl Boone IsaacsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cheryl Boone Isaacs

Photo : Academy of Motion Picture Arts and Sciences

En fait, l'Académie des arts et sciences du cinéma est un reflet de l'industrie hollywoodienne. Les Oscars ne peuvent récompenser que les films qui sont produits. Les hommes blancs dominent tellement cette industrie qu'aucune autre option mettant en vedette des ethnies et des femmes dans des films n'existe.

Payante, la diversité?

Stacy Smith, directrice du USC Annenberg on media, diversity, and social change, estime qu'Hollywood ne croit pas en la rentabilité des œuvres représentant la diversité. Elle propose que l'industrie mette en place des programmes de représentativité ethnique comme la Ligue nationale de football l'a fait pour les entraîneurs de ses équipes.

Lionel Chetwynd, un scénariste membre de l'Académie, rejette cette suggestion en proposant de laisser aller le cours naturel des changements.

La problématique de la représentativité ethnique à Hollywood n'est pas qu'une question d'égalité. Lorsque le public ne sent pas qu'il est représenté sur les écrans de cinéma, il se sent invisible et sans voix. Hollywood ferait bien de tenir compte de la lettre que la jeune fille a écrite à Lupita Nyong'o et d'espérer un afflux important de lettres semblables.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !