•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Importation d'alcool : le N.-B. songe à augmenter la limite permise

Des Néo-Brunswickois achètent de la bière au Québec

Un détaillant de bières au Québec près de la frontière du Nouveau-Brunswick

Photo : Serge Bouchard/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Nouveau-Brunswick pourrait suivre l'exemple d'Ottawa et alléger les règles qui entourent le transport de bières et de spiritueux entre les provinces.

Le ministre de la Justice du Nouveau-Brunswick, Stephen Horsman, affirme qu'il a l'intention de modifier la loi sur le transport de l'alcool. Il souhaite notamment augmenter la quantité d'alcool qu'il serait permis de rapporter au Nouveau-Brunswick.

Nous cherchons à changer la loi, à la moderniser.

Une citation de :Stephen Horsman, ministre de la Justice du Nouveau-Brunswick
Brian Gallant et Stephen HorsmanAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant (à droite), accompagné du ministre de la Sécurité publique, Stephen Horsman.

Photo : Michel Corriveau/Radio-Canada

Au fédéral, le gouvernement a éliminé des contraintes qui limitaient le transport de bières et de spiritueux d'une province à l'autre. La modification de la Loi sur l'importation des boissons enivrantes permet désormais aux Canadiens d'acheter de l'alcool dans une province pour le rapporter dans sa province de résidence, pour son usage personnel.

Ce changement ne touche pas, cependant, la loi qui régit le transport d'alcool au Nouveau-Brunswick.

Au Nouveau-Brunswick, la loi adoptée il y a une soixantaine d'années limite l'importation d'alcool à une bouteille de vin ou de spiritueux, ainsi qu'à « 12 chopines de bière », c'est-à-dire à 24 bières, dans le langage actuel.

La loi provinciale a mené à l'arrestation d'une vingtaine de personnes à Campbellton en 2012, accusées d'avoir importé illégalement de l'alcool du Québec vers le Nouveau-Brunswick.

L'avocat qui défend trois des personnes arrêtées pour importation illégale d'alcool au Nouveau-Brunswick, Mikael Bernard, estime que le changement au fédéral « est quelque chose d'extrêmement positif ».

L'avocat croit que les changements législatifs au Nouveau-Brunswick sont nécessaires. « On a vraiment l'impression que le temps est venu d'implanter ces changements au niveau de la loi, ou de la proposer du moins ».

La modification à la loi ne change rien aux procédures en cour pour les personnes arrêtées à Campbellton. Le premier des procès dans cette affaire d'importation illégale d'alcool doit débuter le 12 mai à Campbellton.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie