•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Aînés : le système laisse-t-il tomber les cas lourds?

    Médicaments pour aînés

    Photo : ICI Radio-Canada

    Radio-Canada

    Soins infirmiers insuffisants, médicaments non administrés, chutes non déclarées, familles mal informées. Un portrait inquiétant d'une résidence privée pour aînés vigoureusement dénoncée. Un ex-ministre de la Santé accuse même l'État de jouer à l'autruche.

    Un texte de Madeleine RoyCourriel de l'émission Enquête

    Un an après le décès de sa mère, Denise Martin est encore en colère. En colère, parce qu'elle estime que malgré des frais mensuels de 5500 $ dans cette luxueuse résidence privée de Blainville - le Sunrise de Fontainebleau - sa mère n'a pas eu les soins qu'on lui avait promis.

    Blanche Martin avait 94 ans, en octobre 2011, lorsqu'elle y a emménagé. Avant la signature du bail, le Sunrise a affirmé à Denise Martin qu'il serait en mesure de garder sa mère jusqu'à la fin parce qu'il était équipé en matière de soins médicaux et infirmiers pour s'occuper d'aînés en très lourde perte d'autonomie.

    Les choses se sont relativement bien passées pendant la première année, mais quand la démence de Mme Martin a progressé et que sa santé physique s'est détériorée, la confiance de la famille s'est rapidement effritée. Après le décès de sa mère, Denise Martin a découvert qu'elle n'avait pas été traitée respectueusement, qu'elle n'avait pas été nourrie adéquatement et qu'on avait négligé de transmettre à la famille des informations importantes sur la dégradation de son état de santé.

    Julie, Chloé et Sabrina, trois préposées aux bénéficiaires qui ont démissionné du Sunrise, ont accepté de dénoncer publiquement ce qu'elles y ont vu :

    Pour voir la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

    L'avocat spécialisé en droit de la santé Jean-Pierre Ménard est l'époux et l'associé de Denise Martin. Blanche Martin était sa belle-mère. Il affirme aujourd'hui que si son épouse et lui avaient été mieux informés de l'évolution de la santé de Mme Martin, ils auraient fait beaucoup plus pour la protéger.

    Me Jean-Pierre Ménard, en compagnie de son épouse et associée Denise MartinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Me Jean-Pierre Ménard, en compagnie de son épouse et associée Denise Martin

    Photo : ICI Radio-Canada

    « Le problème, c'est que les résidences privées surestiment leurs capacités et qu'il n'y a pas de surveillance réelle de la qualité des services dans ces milieux-là. Si on contrôlait vraiment ce qui se passe là, on serait obligé de relocaliser des gens régulièrement et on n'a pas de place dans le public pour les replacer », explique-t-il.

    Le Dr Réjean Hébert, ex-ministre de la Santé et réputé gériatre, abonde dans le même sens.

    Moi je pense que ça fait l'affaire de l'État de ne pas savoir qui est là. La politique de l'autruche. On ne sait pas qui est là, et on ne veut pas le savoir parce que si on le savait, on serait obligé de donner les services. Et ça aurait des impacts budgétaires.

    Réjean Hébert, ex-ministre de la Santé

    Un aîné en lourde perte d'autonomie en résidence privée plutôt qu'en CHSLD représente une économie de près de 50 000 $ pour le gouvernement.

    Pour voir le graphique sur les coûts d'une place en résidence sur votre appareil mobile, cliquez ici.

    Le Sunrise de Fontainebleau n'est pas la seule résidence privée pour aînés qui héberge des aînés non autonomes, des gens qui ont besoin de plus de trois heures de soins par jour parce qu'ils souffrent de lourdes pertes aux niveaux cognitif et physique. Pourtant, les résidences sont certifiées pour accueillir des résidents autonomes ou semi-autonomes.

    Les exigences et la surveillance auxquelles elles sont soumises sont moindres que pour un CHSLD, notamment en matière de soins infirmiers. Par exemple, les résidences ne sont pas obligées d'assurer une présence infirmière en tout temps comme c'est le cas dans un CHSLD.

    En 2013, le processus de certification des résidences privées a été resserré; plan de sécurité incendie, système d'appel à l'aide, vérification des antécédents judiciaires des employés, etc. Les critères exigés sont surtout sociosanitaires. Presque rien sur la qualité des soins et des services, sauf, peut-être, une formation minimale des préposés qui deviendra obligatoire d'ici novembre 2015.

    Pour voir le graphique sur les types d'établissement sur votre appareil mobile, cliquez ici.

    L'Agence de la santé et des services sociaux (ASSS) des Laurentides, qui a délivré le certificat de conformité du Sunrise, déplore que les clients et les employés insatisfaits s'adressent aux journalistes plutôt qu'aux services gouvernementaux pour se plaindre.

    Sa porte-parole Nancy Rooney explique qu'une résidence peut-être visitée jusqu'à trois fois dans une année par les services gouvernementaux, mais que la responsabilité des inspecteurs se limite à la vérification du respect des normes exigées par la certification.

    La qualité du travail des employés et de l'organisation des soins demeurent la responsabilité des propriétaires des résidences. Elle rappelle aussi qu'habiter dans une résidence privée est un choix individuel qu'il faut respecter.

    Il y a des clients qui ne devraient pas être en résidences privées, je suis d'accord avec vous, mais certains ne veulent pas être relocalisés. Il y a des clients à qui on offre une place en centre d'hébergement et qui la refusent.

    Nancy Rooney, porte-parole de l'ASSS des Laurentides

    Ce qui est certain, c'est que le système d'hébergement public ne suffit pas à la demande. Il y a présentement 7500 aînés sur les listes d'attentes, et la situation risque d'empirer, puisque d'ici 15 ans, le nombre de Québécois âgés de plus de 85 ans va doubler.

    Pour voir le graphique sur le vieillissement de la population sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

    La direction du Sunrise de Fontainebleau a refusé de répondre à nos questions. Par voie de communiqué, elle a déclaré que l'ASSS avait fait un examen en réponse à nos allégations et s'était dite satisfaite par les soins et les services prodigués à la résidence. Au cabinet du ministre de la Santé, on nous a répondu qu'on était conscient de la problématique et que tout le programme de prise en charge des aînés était en révision.

    « Je pense qu'on est dû pour un vrai débat de fond sur les moyens qu'il faut se donner pour mieux protéger nos personnes âgées. C'est clair que les structures et les procédures actuelles sont préjudiciables », conclut Me Jean-Pierre Ménard.

    De son côté, l'ASSS des Laurentides a réagi à notre reportage en disant qu'elle jugeait la situation assez préoccupante pour déclencher une enquête - en collaboration avec le Collège des médecins et l'Ordre des infirmières - pour s'assurer que des cas comme celui de Mme Martin ne se reproduisent plus.

    Ce soir à 21 h, regardez la version complète du reportage de Madeleine Roy, à Enquête, sur ICI Radio-Canada Télé.

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

    Société