•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'assurance récolte toujours aussi importante pour les producteurs agricoles

Sirop d'érable
Radio-Canada

Un total de 715 entreprises agricoles du Bas-Saint-Laurent a subi des pertes indemnisables en 2014 selon le bilan de la Financière agricole du Québec. La Financière a versé 2,8 M$ aux producteurs, dont près de 1,5 M$ pour indemniser les pertes reliées à la production de foin.

Selon le directeur territorial de la Financière agricole, Bruno Bélanger, c'est moins que l'an dernier qui avait été « une grosse grosse année » et un peu plus que la « moyenne historique ».

« La production de sirop d'érable a été particulièrement intéressante l'année dernière », fait remarquer M. Bélanger. Les rendements ont été supérieurs à la moyenne et de bonne qualité.

Les rendements ont cependant été inférieurs lors de la deuxième fauche de foin, en raison du manque de précipitations et de l'excès de chaleur, particulièrement au mois de juillet.

Ces mêmes conditions météo ont nui au développement des céréales et à la production de miel. La récolte des céréales n'a d'ailleurs pu être complétée par endroit, en raison de l'arrivée prématurée de la neige.

La Financière agricole a versé 137 000 $ à 19 entreprises de la Gaspésie et des Îles ayant subi des pertes indemnisables. Ce sont surtout des pertes dans la culture de céréales et de maïs. Le peu de précipitations et l'excès de chaleur au cours de l'été ont retardé le développement des céréales et du soya.

Pour l'année d'assurance 2014, 96 entreprises agricoles de la région étaient assurées pour des valeurs représentant 5,6 M$, soit une augmentation de 1,5 % par rapport à 2013.

« Ce qu'on voit encore une fois, c'est que le climat c'est quelque chose qu'on ne contrôle pas donc, pour les producteurs agricoles, l'assurance récolte c'est un outil de gestion vraiment avantageux lorsque les conditions favorables sont moins favorables aux cultures », conclut Bruno Bélanger.

Est du Québec

Économie