•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des adultes fous du coloriage!

Engouement sans précédent pour le coloriage chez les adultes!
Geneviève Proulx

De plus en plus d'adultes s'adonnent au coloriage comme passe-temps. Cette forme d'art aurait des effets plus que positifs sur le cerveau. Chez DeSerres, on propose plus d'une soixantaine de titres de cahiers à colorier pour adultes, et les ventes, au cours de la dernière année, ont explosé.

Ces livres sont vendus depuis sept ans, mais les ventes ont grimpé en flèche dans les six derniers mois. « On remarque au moins des ventes qui sont de l'ordre de deux à trois fois plus importantes. On parle d'augmentation de 300 % facilement par rapport à l'an dernier », indique le directeur général de la succursale de Sherbrooke, Philippe Thivierge.

Impacts sur le stress... et le cerveau!

Ces livres à colorier pour adultes n'ont rien à voir avec ceux pour enfants. Les dessins sont plus complexes, éclatés, précis, mais surtout, ils ont une tout autre utilité. « Ça provient des mandalas. C'est un art thérapeutique dans le bouddhisme zen, où les gens sont concentrés sur une tâche avec des motifs qui sont psychédéliques où on se perd un peu dans ces motifs-là. Les gens décrochent. Ils se concentrent uniquement sur le travail qu'ils font », explique-t-il.

Cette forme d'art-thérapie diminue le stress et est même bénéfique pour le cerveau puisqu'elle s'apparente à la méditation. « On recommande souvent aux patients de faire des activités nouvelles, qui sont un défi pour eux, et en général, on pense que c'est bénéfique pour le cerveau. Ceux qui l'apprécient [le coloriage], je crois que c'est une excellente activité à faire. Quand les gens colorient, il y a l'air d'avoir une modulation sur le centre de stress du cerveau. On remarque aussi une réduction de la perception des émotions désagréables, ça ne fait pas juste nous faire décrocher de nos soucis quotidiens, ç'a l'air vraiment bénéfique dans ce sens-là », soutient le professeur adjoint en neurologie à l'Université de Sherbrooke, Christian Bocti.

Colorier et réorienter sa vie

Maryse St-Arnaud, une maman de quatre enfants, a renoué avec le dessin il y a un peu plus de deux ans. C'est sa rencontre avec une coach créative sur Internet qui lui a donné le goût de prendre ses crayons et de se laisser aller sur la page blanche. « On décante. C'est comme si nos émotions se transmettaient là. Après coup, quand a fini, on ferme le livre et on passe à un autre appel. »

Le coloriage a même aidé à la Victoriavilloise à faire de grands choix dans sa vie personnelle. « Cette année, j'ai pris de grosses décisions familiales parce que j'ai réalisé que ce n'était pas ça que j'avais envie dans ma vie. C'est un peu grâce à tout ça. Ç'a été une grosse source de réflexion et ça m'a permis de me recentrer sur moi. Je me suis séparée de mon conjoint avec qui j'étais depuis dix ans, le papa de mes trois filles. Je me suis trouvé un emploi alors que ça faisait dix ans que je ne travaillais pas », raconte-t-elle.

Arts visuels

Arts