•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le français vaut de l'or à l'Î.-P.-É.

La Course Europe-Asie, 24 septembre 1990

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs étudiants bilingues de l'Île-du-Prince-Édouard sont assurés de se trouver du travail après avoir obtenu un diplôme en raison d'une augmentation considérable du nombre d'emplois qui requièrent des compétences en français. Au Collège Acadie situé au coeur de la région Évangéline, le taux de placement des diplômés est de 100 %.

L'enseignante Mélanie Gallant affirme qu'être bilingue sur l'île est un avantage décisif. Dans certains cas, on peut même choisir parmi quelques employeurs, tellement la demande est importante.

« Absolument, il y a des postes à travers de Santé ÎPE qui sont désignés seulement bilingues. Ça fait que les personnes qui ont juste une langue ne peuvent pas appliquer pour ces postes », affirme Mme Gallant.

Il s'agit d'une motivation supplémentaire pour les étudiants bientôt diplômés. Dominique qui est en deuxième et dernière année de formation comme infirmière auxiliaire affirme qu'elle ressent moins de pression sachant qu'elle aura un emploi après ses études au Collège Acadie.

Le Collège Acadie remet une quinzaine de diplômes chaque année dans ses programmes d'administration, de comptabilité et de petite enfance, notamment, pour un taux de placement sur le marché du travail de 100%.

La demande est telle que le directeur du Collège dit avoir de la difficulté à retenir les étudiants qui font des stages.

« Je peux prendre l'exemple d'adjointe administrative. On a de la difficulté, une fois que les étudiants sont en stage de les faire revenir compléter leur programme parce que les employeurs veulent les garder », affirme Donald DesRoches.

Alors que nombre d'anglophones vont dans l'Ouest canadien pour trouver de l'emploi, plusieurs francophones de l'île ont désormais le choix de rester ici pour contribuer à l'épanouissement d'une communauté francophone bien vivante.

D'après le reportage d'Érik Tremblay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !