•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec force les résidences pour personnes âgées à installer des gicleurs

Des gicleurs dans les résidences
Radio-Canada

Québec oblige les centres d'hébergement privés pour personnes âgées à installer des gicleurs dans toutes les résidences d'ici cinq ans.

Alors que les nouvelles constructions doivent déjà être équipées d'un système de gicleurs, Québec force ainsi la main des propriétaires d'installations existantes à respecter la nouvelle loi afin d'éviter la répétition de la tragédie de L'Isle-Verte. Quelque 600 des 1900 résidences privées québécoises sont ainsi touchées par cette nouvelle mesure qui entraînera des coûts de 80 millions de dollars pour les exploitants.

Le ministre québécois du Travail, Sam Hamad, a procédé à cette annonce mardi matin dans la foulée du rapport du coroner sur la tragédie de L'Isle-Verte. « Pour notre gouvernement, nos aînés méritent de vivre dans un lieu où [ils se] sentent en sécurité et où ils sont en sécurité », a déclaré M. Hamad. « Les mesures annoncées faciliteront le travail des services de sécurité incendie, et par le fait même, des vies pourront être épargnées. »

Une mesure plutôt bien accueillie

L'opposition à Québec a salué cette mesure, mais s'inquiète de sa mise en oeuvre en pratique.

« Le coroner Delâge, par rapport à L'Isle-Verte, disait que ça prend des bâtiments de qualité, conformes aux lois et règlements. Actuellement, la directive du Conseil du Trésor demande aux fonctionnaires de rester dans leur bureau. C'est assez difficile pour les fonctionnaires, de leur bureau, de s'assurer que ce sont des bâtiments de qualité. À ce sujet, on peut avoir beaucoup d'inquiétudes », soutient Harold Lebel, porte-parole du Parti québécois pour les aînés.

L'Association des chefs en sécurité incendie du Québec (ACSIQ) a salué l'annonce du gouvernement. Le responsable du comité de prévention incendie de l'ACSIQ, André Saint-Hilaire, estime que la mesure permettra « une évacuation efficace et adéquate des résidents en cas d'urgence ».

Le Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU), s'est aussi réjoui de la mesure : « il apparait logique et souhaitable que la sécurité devrait être la même partout, tant dans les établissements privés que dans les établissements publics », peut-on lire dans un communiqué du regroupement qui défend les droits des usagers du réseau de la santé.

Les seuls établissements qui échapperont à cette loi sont les petits bâtiments de type unifamilial et les résidences d'un seul étage comptant un maximum de huit résidents.

Le gouvernement leur accordera une période de transition de cinq ans pour se conformer à ses exigences et débloquera une aide financière pour aider les propriétaires à assumer les coûts d'installations du système de gicleurs. L'importance de l'aide financière et les détails entourant ce programme ne seront disponibles que lors du dépôt du prochain budget. 

L'opposition péquiste, de son côté, trouve trop long le délai de cinq ans pour que les résidences se conforment.

Pour beaucoup de propriétaires de résidences, la question financière est au cœur du problème. Installer de tels gicleurs coûte cher et selon eux, le gouvernement doit absolument contribuer et tenir compte de la capacité de payer des résidents.

À la Résidence du Havre de L’Isle-Verte, l'aile qui a pris feu la nuit du 23 janvier 2014 n’était pas munie de gicleurs automatiques, contrairement à la partie ouest. Cet incendie a causé la mort de 32 personnes.

Le gouvernement répond ainsi à la demande du Regroupement québécois des résidences privées pour aînés (RQRA). « Ça ne met pas à l'épreuve de l'incendie, mais ça aide à contrôler l'incendie et à diminuer le risque de pertes de vies », avait estimé le président du Regroupement, Yves Desjardins, dans la foulée de la tragédie.

Dans son rapport sur la tragédie de L'Isle-Verte, le coroner Cyrille Delâge a lui aussi fait cette recommandation.

En Ontario, en 2013, le gouvernement a rendu les gicleurs obligatoires dans les foyers pour aînés et pour personnes handicapées, en réaction aux tragédies survenues au Centre Muskoka Heights et à la Place Mont-Roc à Hawkesbury.

Est du Québec

Société