•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fraude fiscale : Tony Accurso subit son enquête préliminaire

Tony Accurso quitte le quartier général de la SQ

Tony Accurso quitte le quartier général de la SQ

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'enquête préliminaire de l'ex-entrepreneur en construction Tony Accurso pour fraude fiscale envers Revenu Canada s'est ouverte lundi à Montréal. Présidée par le juge Salvatore Mascia de la Cour du Québec, l'enquête devrait durer 10 jours.

M. Accurso, âgé de 63 ans, fait face à six chefs d'accusation dont fraude fiscale et fabrication de faux documents.

En raison d'une ordonnance de non-publication pour la preuve présentée lors de l'enquête, il est interdit de rapporter les témoignages.

M. Accurso, qui était à la tête de Simard-Beaudry Construction et Constructions Louisbourg, a été accusé avec Francesco Bruno de BT Céramiques, Francesco Fiorino et Adriano Furgiuele, qui était alors chef d'équipe à Revenu Canada.

Les quatre hommes avaient été arrêtés par la GRC en 2012 pour avoir présumément mis sur pied un stratagème pour contourner l'impôt fédéral à l'aide de prête-noms et de fausses factures, avec la complicité de fonctionnaires de Revenu Canada. Ils auraient privé l'État d'une somme d'environ 3 millions de dollars.

Ces arrestations faisaient partie de l'opération Coche de la GRC, en lien avec l'enquête concernant des allégations de corruption au sein de Revenu Canada.

Tony Accurso était présent dans la salle du palais de Justice de Montréal, lundi, pour son enquête préliminaire.

Pour le seul chef d'accusation de fraude, il risque une peine maximale de 14 ans de prison.

L'homme d'affaires est aussi associé à d'autres dossiers criminels de fraude. Revenu Québec a notamment déposé en 2013 des centaines de chefs d'accusation contre lui. Des amendes totalisant plus de 8,5 millions de dollars et une peine d'emprisonnement sont réclamés.

En avril 2012, il avait aussi été arrêté par l'Escouade Marteau avec 13 autres personnes, en lien avec un présumé système de fraude à Mascouche.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...