•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève au CP est finie

Le siège social du CP est à Calgary.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La ministre fédérale du Travail, Kellie Leitch, a annoncé que la grève du CP était terminée, le gouvernement ayant persuadé les parties de s'en remettre à un processus d'arbitrage. L'annonce de la ministre a causé la surprise, alors que tous s'attendaient à ce qu'Ottawa dépose, comme annoncé, un projet de loi spéciale pour forcer le retour au travail.

« Nous n'avons pas déposé notre loi : nous avons incité les parties à reprendre les négociations », a précisé, réjouie, Mme Leitch, qui a ajouté que les détails de ce développement seraient peaufinés sous peu.

La ministre Leitch a dit s'attendre à ce que les gens retournent au travail rapidement afin que la situation revienne à la normale pour les Canadiens qui ont souffert un peu partout, pour les milliers d'usagers à Montréal, entre autres, et pour les gens dont les emplois ont été mis à risque.

C'est notre priorité que les gens reprennent le travail : notre intention est que le service reprenne à 100 % dès demain matin.

La ministre fédérale du Travail, Kellie Leitch

Le voeu de la ministre a été exaucé : l'Agence métropolitaine de transport (AMT) a annoncé lundi soir que le service sur les lignes Candiac, Vaudreuil-Hudson et Saint-Jérôme reviendra à la normale mardi matin.

Le recours à l'arbitrage, une bonne chose, selon les parties

Dans une déclaration écrite, Hunter Harrison, chef de la direction du Canadien Pacifique, soutient que la compagnie aurait préféré un règlement négocié, mais, écrit M. Harrison, le recours à l'arbitrage était la bonne chose à faire à l'heure actuelle.

Le médiateur sera nommé par le gouvernement fédéral.

Sans ce recours-surprise à l'arbitrage, les 3300 employés du Canadien Pacifique auraient été forcés de retourner au travail par le dépôt d'un projet de loi spéciale, et ce, moins de 48 heures après le déclenchement de la grève. Le gouvernement Harper avait affiché ses intentions dès vendredi, dans le feuilleton des avis de la Chambre des communes.

La ministre du Travail du Canada, Kellie LeitchAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre du Travail du Canada, Kellie Leitch

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Rappelons qu'en 2012, le gouvernement conservateur avait déposé un projet de loi spéciale pour forcer les employés du CP à retourner au travail, après un peu moins d'une semaine de grève. Des lois spéciales ont aussi été adoptées lors des conflits de travail à Air Canada, à Postes Canada et au Canadien National.

Pour les membres de la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC), l'arbitrage est un processus « juste ». Mais, prévient le syndicat, il devra prendre en compte l'enjeu de la gestion de la fatigue des travailleurs. Il faut, dit le syndicat, mettre en place de vastes mesures efficaces pour contrer la fatigue des travailleurs ferroviaires.

La meilleure option consiste à nous engager dans un processus juste de règlement du conflit par l'arbitrage où nous pourrons faire la démonstration que notre plan consiste en un système de gestion de la fatigue ayant fait ses preuves, dont l'efficacité est vantée depuis longtemps et qui est de loin supérieur à ce que l'employeur cherche à obtenir. 

Le président de la CFTC, Doug Finnson

« Ces gens opèrent des trains qui ont quatre kilomètres de long et ça demande beaucoup d'attention. Un seul moment d'inattention peut créer un accident grave ou un déraillement », précise Stéphane Lacroix, directeur des communications du CFTC.

M. Lacroix ajoute qu'en 2012, le syndicat avait mis en garde le gouvernement et le CP au sujet de l'urgence de négocier la gestion de la fatigue.

La CFTC rappelle avoir déjà conclu avec d'autres employeurs des ententes qui prévoyaient des mesures contre la fatigue de ses travailleurs, et elle espère faire de même avec le CP.

De « piètres relations de travail »

L'autre enjeu de taille que défend le syndicat porte sur la « piètre qualité des relations de travail entre la direction du CP et les travailleurs ». La CFTC soutient qu'il y a un nombre très élevé de griefs en suspens qui doivent être réglés et elle entend réclamer l'intervention de la ministre Leitch en ce sens, en vertu de ce qui est prévu dans le Code canadien du travail.

Le député Alexandre Boulerice du NPD s'est dit heureux que le conflit de travail soit fini. 

Par contre, les problématiques de la sécurité publique et de la fatigue sur les heures de travail, pour l'instant, ne sont toujours pas réglées; un arbitre va se pencher sur ces questions-là. On espère qu'ils vont trouver une solution le plus rapidement possible et on attend des conservateurs des mesures concrètes pour améliorer la sécurité publique et la sécurité ferroviaire au pays. 

Alexandre Boulerice, député du Nouveau Parti démocratique

M. Boulerice affirme que la menace que constituait le projet de loi spéciale n'a pas aidé la situation puisqu'elle ne constituait pas un incitatif à négocier pour l'employeur.

Du lundi au vendredi, quelque 19 000 personnes se déplacent chaque jour au moyen des trains de banlieue dans la région montréalaise.

La grève a aussi perturbé le transport des marchandises - notamment les céréales et le pétrole -  dans tout le pays. Les pertes sont évaluées à 500 millions de dollars par semaine.

Avec les informations de La Presse canadienne

Alberta

Société