•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Copenhague : le présumé responsable des deux fusillades abattu

Le café Krudttoenden, situé dans le nord de Copenhague, présentait une conférence dont le titre était « L'art, le blasphème et la liberté d'expression » lorsque des coups de feu ont retenti.
Le café Krudttoenden, situé dans le nord de Copenhague, présentait une conférence dont le titre était « L'art, le blasphème et la liberté d'expression » lorsque des coups de feu ont retenti.

Le café Krudttoenden, situé dans le nord de Copenhague, présentait une conférence dont le titre était « L'art, le blasphème et la liberté d'expression » lorsque des coups de feu ont retenti. Le café Krudttoenden, situé dans le nord de Copenhague, présentait une conférence dont le titre était « L'art, le blasphème et la liberté d'expression » lorsque des coups de feu ont retenti.

Photo : Scanpix Denmark / Reuters

Radio-Canada

L'homme tué par les policiers près d'une gare de train de Copenhague serait bel et bien l'auteur des deux fusillades survenues hier. L'homme venait d'ouvrir le feu sur les forces de l'ordre lorsque ces dernières l'ont abattu.

La police pense qu'il a agi seul, sans en avoir la certitude. 

Le suspect de la fusilladeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La police danoise a publié la photo du suspect de la fusillade de Copenhague.

Photo : Police de Copenhague

Une première fusillade dans un centre culturel

L'homme, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a ouvert le feu hier sur un centre culturel, où se déroulait une conférence sur l'islam et la liberté d'expression. Il a fait un mort, un homme de 55 ans, et blessé trois policiers qui tentaient de protéger les lieux. 

Le suspect, qui n'a pas pénétré dans le café, s'est ensuite enfui à bord d'une voiture. Celle-ci a été retrouvée vide deux kilomètres plus loin, près d'une gare.

Lars Vilk, un artiste suédois ayant dessiné une caricature de Mahomet en 2007, participait à l'événement. Avec des participants au débat, il a réussi à se réfugier dans une autre salle durant la fusillade.

Un artiste controversé

Des menaces ont été proférées à l'adresse de l'artiste Lars Vilks par des groupes islamistes après qu'il eut représenté le prophète Mahomet sous les traits d'un chien en 2007. Il fait depuis l'objet d'une surveillance rapprochée. L'artiste de 68 ans a été la cible de plusieurs attaques depuis quelques années. L'année dernière, une Américaine a été condamnée à dix ans de prison pour avoir planifié le meurtre de M. Vilks. En 2010, deux frères avaient été emprisonnés pour avoir tenté d'embraser la résidence suédoise de M. Vilks.

L'ambassadeur de France au Danemark, qui était également présent, raconte que tout le monde s'est jeté par terre dès les premiers coups de feu.

Intuitivement, je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes.

François Zimeray, ambassadeur de France au Danemark

Selon la première ministre, Helle Thorning-Schmidt, « tout porte à croire que la fusillade était un attentat politique, et de ce fait, un acte terroriste ».

Deuxième fusillade devant une synagogue

Alors que les policiers cherchaient activement le responsable de cette première fusillade, d'autres coups de feu ont été tirés à l'extérieur d'une synagogue de la capitale danoise.

Un homme atteint à la tête par un tireur a succombé à ses blessures. Deux policiers ont été blessés lors de cette même fusillade. Le tireur a par la suite pris la fuite à pied.

C'est près de la gare de Norrebro que l'homme a été tué par les policiers.

Dénonciation d'un « acte terroriste »

Sur Twitter, le premier ministre du Canada, Stephen Harper, et le nouveau ministre des Affaires étrangères du Canada, Rob Nicholson, ont condamné l'attentat, se disant solidaires du Danemark.

Le ministre français des Affaires étrangères a également condamné l'attaque. « Je condamne avec la plus grande fermeté cet attentat. La France se tient aux côtés des autorités et du peuple danois dans la lutte contre le terrorisme », a déclaré le ministre dans un communiqué.

L'Élysée a annoncé que le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, se rendra sur place « dans les meilleurs délais ».

#jegercharlie

La fusillade de Copenhague survient un peu plus d'un mois après les attentats terroristes qui ont fait 17 morts à Paris, dont 12 dans les locaux de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo. L'expression « Je suis Charlie/#jesuicharlie » a rapidement été adoptée par les internautes afin de dénoncer le tragique événement. 

Un autre élan de solidarité a tôt fait de rattraper les médias sociaux samedi, où ceux qui étaient Charlie hier sont devenus #jesuidanois ou encore #jegercharlie. Une caricature signée Baudry, dessinateur de presse français et collaborateur au site d'information rue89, a rapidement été partagée sur la Twittosphère. 

L'image est parlante. On y voit une reproduction de la célèbre statue La petite sirène de Copenhague faire un doigt d'honneur. Au-dessus d'elle, l'inscription Jeg er Charlie, traduction danoise de Je suis Charlie.

Une autre image circule en masse sur les réseaux sociaux. Reconnaissable par son fond noir et ses caractères blancs et gris, on y lit encore une fois : Jeg Er Charlie * Je suis Charlie. 

Avec les informations de Associated Press, Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International