•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin atteint du syndrome d'Asperger poursuit le CHUS pour 600 000 $

Comment pratiquer de bonnes techniques de distanciation sociale?

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un médecin du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke poursuit son employeur pour 600 000 $. L'hématologue Richard Le Blanc a été écarté de sa pratique depuis 2012 en raison des difficultés interpersonnelles qu'il vivait avec ses collègues.

Or, en 2012, le médecin spécialiste a reçu un diagnostic du syndrome d'Asperger. Le spécialiste, qui détient toujours ses privilèges de pratique, s'adresse maintenant aux tribunaux pour obtenir réparation et réintégrer son emploi.

On devrait tenir compte de son syndrome et s'en accommoder.

Une citation de :L'avocat Jean-Pierre Ménard

Des problèmes à partir de 2009

À partir de 2009, la situation est tendue au département d'hémato-oncologie du CHUS. Plusieurs médecins déposent des plaintes contre Richard Le Blanc. Ils lui reprochent un caractère trop direct et abrasif. En 2012, la direction de l'établissement lui demandera de se placer en arrêt de travail. La même année, on diagnostic un syndrome d'Asperger à Richard Le Blanc, ce qui pourrait expliquer ses relations interpersonnelles difficiles.

« C'est un médecin qui performe de façon excellente au point de vue intellectuel, mais en raison de ses relations interpersonnelles avec ses collègues, on le garde en dehors du milieu de travail. Pour nous, c'est vraiment une pratique qu'on estime discriminatoire. On devrait tenir compte de son syndrome et s'en accommoder », explique son avocat, Jean-Pierre Ménard.

Je trouve ça aberrant. C'est peut-être un des meilleurs hématologues qu'on a au Québec.

Une citation de :Guy Vincent, ex-patient du Dr. Le Blanc

Soutien d'un de ses ex-patients

L'un des ex-patients du Dr. Le Blanc, louange par ailleurs ses qualités professionnelles. Diagnostiqué d'un mélanome en 2008, Guy Vincent ne comprend pas pourquoi son ancien médecin a été écarté.


« J'ai fait signer des pétitions il y a quelques années pour aider le retour du docteur Le Blanc parce que je trouve ça aberrant. C'est peut-être un des meilleurs hématologues qu'on a au Québec. J'imagine que certains de ses collègues ne veulent pas le ravoir auprès d'eux, mais nous, les patients pendant ce temps-là, nous sommes privés de ses services », déplore-t-il.

Richard Le Blanc réclame une somme de près de 600 000 $ en dommages et intérêts et demande sa réintégration dans son emploi. En raison des procédures judiciaires, la direction du CHUS a refusé de commenter le dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !